Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 21:39





Illustration extraite d’un ouvrage d’Alain Créhange, En Peinture Simone
dont une bonne demi-douzaine de détournements sont vraiment bien trouvés.




Ceci est un faire-part. De naissance, le faire-part.
Un mouvement littéraire est né, déjà monté sur un vélo, jeudi 8 octobre 2009, sous la plume d’Hozan Kebo. Il pèse vingt vers (le manifeste, pas l’auteur…) et se nomme le patalyrisme.
Voici la bête.
Car aussi sûrement que la préface de Cromwell est le texte fondateur du romantisme théâtreux, le petit pouème d’Hozan est à n’en pas douter celui du patalyrisme.


Et comme l’exégète balbutiant qui le baptisa non sans désinvolture n’est autre que celle qui cause dans ce bloguscule somnolent et quasi sous perfusion ici présent, elle se permet de poursuivre le commentaire.

 
 Un poème patalyrique est comme toute chimère : composite.
A première vue, il ressemble à une petite chose élégiaque, mais son auteur s’est amusé à parsemer sa lecture de quelques grains de sable qui crissent sous la langue, de lourdeurs laborieusement (qu’on croit !) emberlificotées.
En fabriquant un disque de Debussy, il a pris un malin plaisir à fondre dans le vinyle quelques brins d’étoupe où la pointe de diamant s’emmêlera.
Car le patalyrisme asticote les épanchements des sanglots longs des violons à coups de dérision aiguë.
Savoureux quand celle-ci demeure dans le registre de la tendre taquinerie (comme chez le fondateur en question). Moins à mon goût quand elle s’accompagne d’un certain dédain.


                                                                      &&&
                                                             (Digression annexe)

Car il y a la pudeur. Mais il y a la sécheresse.
Et il est parfois assez facile de faire passer celle-ci pour celle-là :
non non, gardez vos vessies pleines, je vous en prie. Il y a meilleur combustible pour éclairer sa lanterne.


Car qui se réclame du pathos larmoyant ? Personne ! Pouah ! Cette gluance amorphe, cette mélasse sans aspérités, cette complaisance avec les petits malheurs de son petit ego.
Mais face au pathos communément stigmatisé, il y a deux attitudes possibles, à varier selon l’humeur :
le tourner en dérision, 
ou le transcender, l’aiguiser de cruauté, comme le théâtre du même nom.
Comme tout un tas de poètes, romanciers, ou réalisateurs devant lesquels je n’ai plus honte de me pâmer.
Que les indifférents
se gaussent, je n’en ai cure.
S’ils possèdent autant d’empathie que l’exprime l’exclamation  attribuée (à tort probablement, mais telle n’est pas la question) à Marie-Antoinette : « Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent de la brioche ! » ; s’ils ne savent pas se départir de leur rictus aussi sec qu’un coup de règle sur les doigts du cancre, grand bien leur fasse. Je peux leur prêter des copies à corriger, si pinailler leur manque tant.
Mais je m’égare, revenons à notre lyre grinçante.


Ainsi me permets-je de ressortir du fonds des commentaires cette presque* contrepèterie (pour une fois que j’en trouve une, vais pas m’en priver) :

Trop d’antipathos me sidère, dit Antipater de Sidon.



Telle sera la devise du mouvement jumeau et rival, le para-pata-lyrisme.
 (Un peu moins euphonique que son paradigme,
nous en conviendrons.)

Ndlr : Attention, « para », n’est pas « anti ». Aimer la pluie n’empêche pas d’ouvrir son parapluie.

 * Il eût été possible de la rendre plus exacte, mais le verbe qui aurait remplacé "dit" ne me satisfaisait pas vraiment. Alors nous laisserons ainsi.

PS : Désolée, Hozan, pour la digression peu à peu hors-sujet sur la dérision. M'en voulez-pas ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ayron 20/10/2009 11:03


Ouf ! rattrapé le retard de lecture et terminé par cet ensemble jouissif de texte et d'illustration (des, si on prend la peine d'aller où le lien vous mène).
Encore un de vos grands moments de plume, ils le sont tous d'ailleurs, seuls les régistres et les invités varient. Merci de ces mots qui font venir un sourire et briller les yeux. Oserais-je dire
qu'on se sent moins bête après vous avoir lue ? Allez ! J'ose et je le pense.


Clarinesse 20/10/2009 23:50


Ah ! Ayron est de retour ! :))
Petit patapon saute de joie !
Euh, mais fallait pas vous sentir obligé de courir le marathon tout d'un coup !
Vous me confusez !
Ben merci pour tout, fit-elle en reposant sa tasse de thé qui prend un bain de pied dans la soucoupe.
Z'êtes trop chou ! (Et d'après la photo du papier suivant, ce n'est pas un mince compliment !)


hozan kebo 19/10/2009 18:41


"Asticoter les épanchements" me semble en effet un impératif catégorique , surtout les "épanchements poétiques" de tous poils & plumes & plumages (souvent plumes de paons qui font la
roue)
echo ultraparapatalyrique à l'adresse http://noniouze.blogspot.com/2009/10/antipathos-pluriel-antipasti.html


Clarinesse 20/10/2009 23:45


Plumes de paons qui font la roue, ou plumes d'Icare que fond le feu.
A voir... :)
Et puis, impératif catégorique c'est vite dit !
Deux pératifs, qu'ont mes (allez...) goriques.
(Ouin, je sais, mais il y a trop d'heures dans ce jour et trop de degrés dans ce thermomètre)



Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.