Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 23:29



Il avait plu toute la nuit. Une nuit de fièvre. De mauvaise fièvre.
Celle qui vous colle la peau au drap, celle qui vous colle des cauchemars.
Celle que vous colle l’arête enfoncée qui ne passe pas dans la gorge sanglante,
le gosier
angoissé, infecté par la glace, étouffé d’interdit, anginé de silence.

Une nuit de pluie noire.
Un matin de rosée.

Le lendemain, c’était dimanche, et grippe ou pas grippe, il fallait sortir le fiston rétabli et sautillant comme un moustique fraîchement sorti de son marais.
Loisir sain pour urbains sans jardin, nous allâmes à la ferme
cueillir pommes et salades et carottes et puis choux.






Et là,
Les rayons flavescents qui ployaient, alanguis
et soumis sous le poids du solstice approchant,
sans souci de leur dos tout voûté d’azur clair,
badigeonnent à la soie de leurs doigts diamantaires
la forêt des poireaux bleu sapin estompé,
la roseraie des choux aux pétales nervurés,
d’une extase improbable et limpide comme une eau
libre de tout joaillier, pure et simple : et c’est beau.
Eruption dans la boue, botanique volcanique.

 Ouaip, si c’est pas du lyrisme à deux choux, cha, hein, Linda ?
(un caramel mou -en photo- au premier qui la trouve)
Si je veux, du lyrisme, que j’en fais. Non mais !

Vous reprendrez bien un peu de rosée ?







In campo veritas, m’écriai-je !
Bon sang mais c’est bien sûr ! Les garçons qui naissent dans les choux verts demeurent d’indécrottables martiens étrangers à leurs terriennes de femmes, « ces malentendues par les malentendants » (merci Marie-Claude pour la formule laissée en commentaire chez Brigitte que je vous emprunte sans vergogne).
Alors que ceux qui voient le jour dans les choux rouges deviennent des frères exquis et de parfaits amours pour leurs jumelles nées dans les roses.


Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Echappées poétiques
commenter cet article

commentaires

Sylvaine 27/10/2009 12:49


Ils me l'ont tous et toutes chouravés...J'attendrai la prochaine cigogne et la prochaine fois je t'appellerai choupinette ! Nah.


Clarinesse 27/10/2009 16:14


Ah, choupinette, c'est trop chou !
J'aime bien, choupinette. :)


Slevtar 26/10/2009 15:15


Rarement légume aura donné tant de fruits, et vos vers, Chère clari, n'en sont pas les moindres. Mis à moultes sauces et dans la langue et au palais, il fallait bien qu'un jour grâce lui fût rendue
d'être au potager moins que la rose au jardin, mais fécond tout autant, et des plus belles lignées.
Gloire au chou, merci pour lui.


Clarinesse 26/10/2009 22:55


Mais je vous en prie, c'est fort affable, merci grand.
PS : Remarquez, les vers sur les légumes, je ne suis pas sûre que les maraîchers en raffolent...
M'enfin, tant qu'y a assez de petits zoziaux pour les manger... :))


madame de K 23/10/2009 10:54


Mon dieu ! j'ai plein de trucs à dire ! et je vais m'auto-citer et ça va encore énerver la maîtresse des lieux ;-)

D'abord à Papet Croûton : ceux qui naissent dans les choux romanesco deviennent mathématiciens, pas écrivains : http://laminute.canalblog.com/archives/2006/06/18/2110650.html

Ensuite, je partage avec toi l'amour du chou rouge : http://laminute.canalblog.com/archives/2009/02/04/12351748.html

Enfin, bien que femelle, je crois que je suis née aussi dans un chou : un chou à la crème : http://www.magazine-avantages.fr/data/photos/F0/7d9314bf18ntilly.jpg
MMMmmm !!!

ps : j'ai gagné un caramel (au beurre salé ?) -> Linda de Chouza ;-)))

et pi re-ps tiens pendant qu'on y est : moi j'aime bien ta poésie à deux choux !


Clarinesse 24/10/2009 12:28


1°) Ah non, nous casse pas la baraque du chou romanesco !
(Ah, les fractales ! Ce fut le sujet de thèse du papa de Pierre.

2°) Oui, je me souviens des superbes photos de tes choux rouges en coupe, et voulais d'ailleurs faire un lien vers elles, mais j'ai eu la flemme de les retrouver.
Merci de nous les servir sur un plateau !

3°) Et les choux à la crème... Non, faut pas que j'y pense, c'est pas bon pour c'que j'ai...

PS : Et voilà, le caramel de Madâme est servi :
(au beurre salé, of course, sinon, c'est même pas la peine !
Le sucré sans le gras, c'est d'un écoeurant ! :))
Pis ch'uis pas chiche : t'as vu, je t'offre le pot entier. J'ai essayé au printemps dernier (en, plus, c'était le même) :
sur une crêpe tiède, c'est ignoblement bon ! (T'as vu le lien : le site s'appelle "sports-santé" Heureusement, on a eu peur. :))
http://www.sports-sante.com/images/bretagne/gourmandises/creme-de-caramel-au-beurre-sale.jpg




brigitte giraud 22/10/2009 20:52



Même pas vrai cette histoire de chou vert et de chou rouge ! Tu as l'art de nous embarquer dans ta fantasmagorie... Et c'est très bien, oui ! Preuve que ton lyrisme trouve son effet, une
efficacité désarmante, et même ton petit loup y succombe !



Clarinesse 24/10/2009 12:15


Merchi ! :)
...Enfin, il faut avouer que le petit loup était moins sensible au lyrisme maternel qu'au plaisir autorisé de patauger dans la boue, bottes et mains ensemble, pour déterrer les carottes comme Coco
Lapin ! Quelle joie !


Ut 21/10/2009 20:40


Un joli Dimanche, en  somme: tu t'es guérie, et tu as enfin compris d'où venaient les enfants!  :)
Bisous.


Clarinesse 21/10/2009 22:47


Ben oui, un mystère s'est éclairci : jusque là, je croyais que c'étaient les cigognes, mais je commençais un peu à douter quand même, car on n'en voit pas passer beaucoup, par ici ! :)
En revanche, pour la fièvre, celle du fiston est passée, mais celle de la mother est plus tenace.


Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.