Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 22:54


Je ne sais pas pour vous, mais cette communion-là me laisse sans voix.

Et quand on sait que passé ce premier quart d'heure absolu, le déserteur christique Witt et ses îlots apaisés seront rattrapés par le délirant déluge de feu et de sang de la Seconde Guerre Mondiale dans le Pacifique, pas glop ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Panthéon filmique
commenter cet article

commentaires

joruri 14/06/2008 11:16

Mourir oui, mais pas sans lutter... ; )

Clarinesse 14/06/2008 14:45


Lutter, oui ; tuer, non. Tuer un homme, c'est décupler la force de l'idée qu'il porte. Il y en a un que tu dois connaître qui avait assez bien compris ça, je croix (sic).


Marco 14/06/2008 09:17

ah! Clarinesse! "La ligne rouge"... Pour moi, ça reste LE film... La beauté contemplative ne concerne pas que le prologue (que j'ai peut être vu 12 fois), même les séquences de tueries sont baignées de mélancolie poétique, rien à voir avec les frénésies de Spielberg et autres Coppola... Je suis heureux de voir que ce film, sorti il y a 10 ans, commence à être connu et apprécié par un nombre croissant de cinéphiles.

Clarinesse 14/06/2008 10:22


Tout à fait d'accord ! La beauté contemplative ne se limite pas au début : sa façon unique de filmer les combats au ras des halètements de terreur et des épis d'herbes sauvages est
stupéfiante, même pour quelqu'un qui abhorre les films de guerre. Quant aux passages de réminiscences et à la fin, qui est capable de se relever et de causer moins d'un quart d'heure après l'avoir
vue, je ne suis pas sûre d'avoir grand chose à lui répondre.
Quant au visionnage du début, il est possible que j'aie dépassé vos douze fois. :)
Je n'arrive pas à arrêter cette vision totalement hypnotique que je laisse tourner en boucle.
Quand je vous disais que je n'avais pas besoin de substances chimiques pour "planer à donf".


Sylvaine 13/06/2008 13:05

Lectures éparses…pour répondre à cette Red Line…avec des mots

« …au coin d’une épouse endormie… la houle ressassant le galet…Colombe de la Mort,
Soiffez après mon corps…Rouge comme un sabord La plaie est sur le bord…
Là vivre à coup de fouet___passer en fiacre, en correctionnelle, repasser à la ritournelle
Se dépasser et trépasser…
…J’ai vu le soleil dur contre les touffes….ferrailler.___J’ai vu deux fers soleiller…Un Monsieur en linge arrangeait sa manche…Amour mort, tombé de ma boutonnière____A moi, plaie ouverte et fleur printanière !.... Le sort est dans l’eau : le cormoran nage, Le vent bat en côte, et c’est le mois Noir…Ma pensée est un souffle aride. C’est l’air, l’air est à moi partout…La rosée d’un baiser-levant…Je suis là____mais comme une rature… »
Tristan Corbière

Clarinesse 13/06/2008 22:17



Ces vers que je ne connaissais pas sont magnifiques. Merci.



joruri 13/06/2008 10:42

Moi, ça me donne envie de tuer... Quand cette câtin de Babylone va t-elle enfin se fracasser la gueule par terre nom de dieu ?

Clarinesse 13/06/2008 22:15


Ah bon ? Moi, ça me donne envie de pleurer, plutôt, puis de me laisser mourir de ce bonheur triste.


luc 13/06/2008 00:01

C'est bôôôôôôôôooo!!!
Terence for president! au risque de me répéter....
Et elle ne l'a toujours pas vu celui ci?
http://uk.youtube.com/watch?v=NNoPmj6xcE0

Clarinesse 13/06/2008 22:13



Non, elle n'a pas vu le film mais vient d'en voir les extraits proposés. Envie de voir le reste.



Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.