Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 00:27

Afin d'éviter tout malentendu, nous commencerons par une mise au point capitale sur un point essentiel de l'orientation existentielle de ce site.
Question politique ? métaphysique ? esthétique ?
Que nenni. Question pataphysique : je suis nulle en cuisine.
Voilà qui est dit.
C'est, une fois de plus, le rapport à la temporalité qui m'insupporte dans la préparation de ce qui est destiné à être englouti plus ou moins rapidement.


1°) Il faut anticiper. Problème majeur.
a) Savoir plusieurs jours à l'avance ce qu'on va devoir préparer pour pouvoir acheter les ingrédients nécessaires requiert des capacités d'organisation auxquelles mon absorption totale dans l'instant me rend cruellement inadaptée.
Incapable de préméditer quoi que ce soit, y compris un pot au feu.
b) De plus, comme un enfant qui a du mal à quitter ses jeux pour répondre à l'appel lancinant de l' "à table", il m'est souvent très difficile de m'arracher à mes occupations passionnantes (ménage, bricolages divers, éducation du rejeton, écritures en tous genres) pour penser, une heure à l'avance, à ce qu'on pourra bien manger le soir.


2°) Le rapport de durée préparation  / consommation
me déprime à l'avance.
a) Ars longa, vita brevis.
J'ai toujours adoré bricoler, passer des heures à façonner des bouts de bois, de carton ou de tissu, parce que la résistance de la matière est gage de la pérennité de l'oeuvre achevée, même si la plupart des élucubrations obtenues sont loin d'être impérissables.
Des traces des forfaits ici :
http://l-oeil-du-vent.over-blog.com/album-1088179.html
Il y a du Parnasse là-dedans : "Vers, marbre, onyx, émail."
Ce n'est point hasard si Théophile Gautier n'a convié la pâte à pain et le gigot d'agneau à cette énumération.
En moins éthéré, je reprendrais bien aussi à mon compte la devise d'Harpagon :
"Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger."
Cela dit, qu'on ne se méprenne pas. La gourmandise n'est point le péché capital dont je sois le moins à l'abri.
(Quoique, y en a-t-il vraiment ?

Voyons voir : la paresse, l’orgueil, la gourmandise, la luxure, l’avarice, la colère et l’envie. A y vite réfléchir, nulle ne m'est étrangère complètement.
A damner sur le champ. Mais nous nous égarons. Il va bien me falloir rôtir quelques dindes sur le fourneau avant d'y passer à mon tour en enfer.)

Je ne rechigne donc point aux plaisirs de la bonne chère, loin de là. Mais il se trouve que je me régale davantage d'un bon sandwiche amoureusement confectionné que d'un coq au vin mariné pendant trois heures. Voilà tout.
Rassurons-nous, j'essaie quand même de faire des efforts pour ne pas empoisonner les cobayes dévoués qui prennent le risque de se laisser inviter.
b) Enfin, le temps de cuisson est, hélas pour mes proches, souvent synonyme de combustion avancée ou de déliquescence affligeante.
Que préférez-vous ? Nouilles trop cuites ou courgettes carbonisées ?
Totalement incapable de suivre une recette, donc de programmer un temps de cuisson fixe, j'en suis réduite à devoir surveiller les opérations, ce qu'évidemment j'oublie au bout de deux minutes, reprise par le fol cours de mes pensées et des multiples tâches domestiques ou romantiques entamées.
La preuve ici encore :
http://l-oeil-du-vent.over-blog.com/article-16490707.html
Donc, passer des heures à mitonner ce qu'on mettra dix minutes à avaler, ne me réjouit pas plus que ça la fibre littéraire.


3°) Dépassement dialectique.
(Vous remarquerez le plan dissertatif en trois parties applicable quel que soit le sujet)

En bricolage comme en cuisine, c'est, chez moi, la main qui guide la tête et non l'inverse. Rien ne me réjouit plus que d'improviser avec les moyens du bord. Impossible d'obéir à un patron, fût-il de papier, ou de suivre une recette :
- d'abord parce que je n'ai jamais tout ce qu'il faut sous ladite main.
- ensuite, parce que tenir compte des goûts et dégoûts de chacun conduit toujours à remplacer la moitié des ingrédients par d'autres.
- enfin, ce n'est pas parce qu'on se trouve dans une cuisine qu'on change subitement de caractère et qu'on va devenir d'un seul coup de cuiller à pot docile aux modes d'emploi concoctés par d'autres sans me demander mon avis. Non mais quand même !

Il s'ensuit donc :
a) que je pourrais presque finir par inventer des recettes d'omelettes sans oeufs ou de tartes sans pâte.
b) que je suis la reine des quiches (au propre et au figuré, mais je vous en prie) qui ont l'obligeance extrême de se plier à toutes mes lubies avec la plus parfaite docilité. Tenez, demain, ce sera poivrons et feta.
La semaine dernière, c'était brocolis et chèvre.
Ca bêle de partout dans cette maison...
c) Et qu'il n'y a guère, sinon, que les recettes sans cuisson qui sont épargnées par mon inaptitude congénitale à l'organisation.


Conclusion.
En guise de récompense (ou de punition, c'est selon) pour avoir consciencieusement mené jusqu'au bout la lecture de cet indigeste pensum :

la recette du tiramisu sans boudoirs, sans café et sans alcool.  Si, si !
Si je prends la liberté éhontée de vous faire part de cette aberration, c'est qu'après l'avoir recopiée maintes fois à la demande de ceux qui y ont goûté, il me semble qu'il est temps de figer pour l'éternité numérique la formule de cette émulsion magique.
Explications d'abord : un certain nombre des convives habituels n'aimant ni le café, ni l'alcool,  je les ai remplacés par de la vanille et de la fleur d'oranger.
De plus, un jour de panne de boudoirs, je leur substituai des petits beurres : bien meilleur !
La voici donc, sans vouloir concurrencer les pages marmite
de Moches et Râteaux.

250 g de mascarpone (quand même, l'hérésie a ses limites)
100 g de sucre
3 oeufs
un demi paquet de petits beurres.
deux bonnes cuillerées à soupe (ou plus si affinités)
d'eau de fleur d'oranger et de vanille.
du chocolat en poudre pour la déco (mais c'est facultatif.)

D'un côté, battre les blancs d'oeufs en neige.
De l'autre, mélanger tout le reste (sauf les biscuits bien sûr).
Attention, le mascarpone, à mi-chemin entre la crème fraîche, le beurre et la cancoillotte possède un haut pouvoir de gluance dont il faut se méfier.
(Afin d'éviter de passer vingt minutes à essayer de décoller du pot, puis de la cuiller la masse visqueuse de ce sous-produit laitier, mieux vaut choisir la stratégie propre à circonvenir l'ennemi. Il s'agit de désolidariser la crème du pot en créant un appel d'air, mais deux écoles s'affrontent :
a) Ceux qui percent le contenant :
 les partisans de la tactique dite du "Flamby démoulé", préconisant de perforer le fond du pot et de laisser la gravité se charger de laisser choir pitoyablement le corps déconfit du délit dans le saladier.
b) Ceux qui percent le contenu :
les partisans de la récup' des pots en tous genres auxquels lacérer un récipient crève le coeur. Il s'agit alors d'adopter un tour de main d'une dextérité que nous envierait Stradivarius lui-même, en invitant sans hâte, pot retourné, d'une grande cuiller plantée jusqu'au tréfond, et c'est là qu'est l'art, au coeur même de la substance convoitée - et non en son tour, comme le naïf néophyte serait tenté de se laisser enduire d'erreur - la masse solidaire et néanmoins fondante de ce machin, à bien vouloir glisser doucement le long des parois de l'abri exigu de son pot pour envahir celui plus ample du creuset dont l'alchimie exaltera sans retenue ses parfums.
Imaginez l'opération délicate que constituerait le fait d'ôter à l'une de ces créatures débordantes de Botéro un collant bien ajusté, si l'on considère qu'elle y laisse en même temps sa peau.)
Une fois les éléments enfin réunis, vous pouvez touiller sans vous lasser le mélange jusqu'à fusion complète et homogène de tous ses atomes.
Il est alors temps de mêler délicatement les oeufs en neige au reste, puis de disposer en tranches, façon lasagnes, biscuits et crème.
Vient la partie que je préfère : laisser reposer le tout pendant au moins trois heures au frais, pendant que vous vous précipitez sur l'aspirateur et sous la douche (l'inverse est déconseillé : sous l'aspirateur, c'est un peu lourd et poussiéreux, et sur la douche, c'est un peu acrobatique) afin que votre maison brille de mille feux pour les invités, mais pas votre nez.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Bricolotrucs
commenter cet article

commentaires

luc 29/05/2008 10:59

disons qu'elle mérite le "Molière Culinaire" alors.
Très beaux vers pour l'agreg., d'autant plus en sabordage d'un concours aussi prisé, vous montez d'un cran Clarinesse et mériteriez ma mousse au chocolat voire MON "tire-ami-dessous"...ou une omelette Norvégienne?

Clarinesse 29/05/2008 13:50


Wow, je m'en lèche les babines virtuelles, merci.


catel 28/05/2008 22:46

C'est dingue, je me suis reconnue et tu as su décrire mieux que je ne l'aurais fait les dégats innombrables causés par une cuisinière du dimanche ! Les casseroles incurables, la fumée qui affole l'alarme du jardin et le prévisible spectacle d'une assiette creuse de vide face à mon homme qui rentre affamé ! Au moins à présent vais je pouvoir congeler des Tiramisu "too much" à démouler en dernière minute et qui me vaudront des "T'as oublié le Rhum"? inquisiteurs et suspects...

Clarinesse 28/05/2008 22:59



Oui, c'est une catastrophe. Et cela m'agace d'autant plus que question gaspillage d'énergie, ce genre d'oubli se pose là ! Alors moi qui me pique d'écologie, je n'en mène pas large...



Jonavin 28/05/2008 21:46

Rien de tel qu'un bon jambon beurre...pain viennois sans beurre, ...pas de graisse ni de miettes et l'on continue de vaquer à ses occupations...

Clarinesse 28/05/2008 22:14


Ah, toi aussi, tu es adepte des saveurs simples et rapides qui ne parasitent pas trop longtemps le cours impétueux des neurones ou des mains affairées ? Bienvenue au (sandwich) club.


luc 28/05/2008 20:23

je suis gêné!
à lire peut être dans la langue de William S., bicoz traduction dénuée de style, quoique l'anglais-humour passe toujours en Molière-tong (il me plaît de me l'imaginer en tong celui là)

Clarinesse 28/05/2008 20:32


Molière en tongs, je me plais d'autant plus à l'imaginer que je lui ai taillé un short il y a quelques mois, ici : http://l-oeil-du-vent.over-blog.com/article-15934118.html

Quant à la langue de Shakespeare, j'arrive sans trop de peine à la lire tant que ça ne dépasse pas le XIXe siècle. Ai adoré les Jane Austen et les Brontë in ze text. Au delà, il y a souvent trop de
tournures idiomatiques pour mon amateurisme.


luc 28/05/2008 18:10

nan pas Kerviel! ...Klapka!..."3(trois- three) hommes dans un bateau" tout ça...tu-vous connais pas?
nan pas toi quand même!
réparation "http."esod mumixam (aurait dit Zorglub)...dziiiiii!
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jerome_K._Jerome
...
sinon les deux petits sbires ne s'arrêtent jamais je crois

Clarinesse 28/05/2008 19:52



Damned, je suis trahie. Et oui, la profondeur de mon inculture est aussi impénétrable que les voies de la providence. Shame on me, non, je ne connaissais pas le nom palindroforme de ce
bizarroïde auteur dont je viens de lire la biographie et quelques passages de son trio dans un bateau sur Ouiquim'aida.
Grâce à toi, je serai moins sotte en me couchant ce soir.



Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.