Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 08:43

A l'aube grise :

Mon  fils, mon fils est parti aujourd'hui.
A Paris. Un enfant si petit.
Quelle folie !
Perdu dans de trop grandes rues.
Perdu dans le couloir d'un bus trop lourd.
Perdu dans une classe trop dense.
Qui emmène des petits de trois ans pendant TOUTE une journée
voir ce dont ils ne se souviendront pas, ce dont ils n'ont que faire.
Qu'en retiendront-ils ? A part leur épuisement ?
A part l'absence de la maman et du doudou ?
A part les bruits et les cris ?
A part le stress et la route glissante ?
A part les fumées noires de ces deux cars ?

Et la mère, la mère qui proclame bas et fort
qu'elle sait penser hors du troupeau pansu.
Qui n'ose pas dire "Non !" quand il s'agit de sauver la vie de sa vie.
Moutonnière jusqu'à laisser la chair de sa chair, le sang de son sang
partir trop loin et trop longtemps dans Babel la dévoreuse.
Prête à laisser partir son fils,
le lendemain du jour où, quatre ans avant, partait son père.
Mauvais présage. Funestes cieux chargés d'orages.
Souffle suspendu jusqu'au soir.
Plongée en apnée dans les eaux ténébreuses de l'angoisse tortueuse.

Au soir clément :
The son is back ! The sun too.
Much ado about nothing.

Désolée pour le dérangement. Certains ont l'angoisse taiseuse.
D'autres moins...

NDLR :
Ca alors, c'est la deuxième fois depuis qu'Overblog a modifié son interface que les réponses que je ne manque jamais d'apporter aux commentaires diligemment laissés par vos soins disparaissent.
Ayant réussi à récupérer la réplique donnée au message de Madame de Keravel dans les entrailles du monstre, je l'intègre directement au corps du texte :
a) parce qu'il ne veut décidément pas se réafficher en tant que commentaire.
b) parce que j'y développe quelques idées qui peuvent éloigner certains malentendus.

Les laisser partir. Oui bien sûr, c'est pour cela qu'on les élève, mais il y a un temps pour tout, et celui-ci ne me semble pas encore arrivé. Pourtant, je ne crois pas être de ces mères qui retiennent pour elles leurs enfants trop longtemps, tout simplement car je n'ai pas construit ma vie autour de l'idée de maternité. Cela fait partie intégrante des expériences fondamentales qu'il est donné de vivre en ce bas monde, mais élever des enfants ne figurait pas parmi les points cardinaux qui ont orienté mes rêves de jeunesse. Ecrire et aimer, oui.
Au contraire, je suis souvent bien aise de ne pas l'avoir dans les pattes tout le temps, pour respirer aussi au rythme de mes propres inspirations, au lieu de suivre le moindre de ses souffles.
Les multiples tâches du métier de mère, je les accomplis par amour, mais non par vocation. Je serai ravie de le voir prendre son envol. Pas plus vide à son départ que je ne l'étais avant son arrivée.
Mais découvrir Paris à trois ans, au milieu de petits bonshommes grouillants et accrochés par grappes à quelques mains adultes, je me demande si le rapport intérêt intellectuel /coût émotionnel en vaut vraiment la peine. Sans parler du coût écologique astronomique que représente le carburant des cars.
Et puis, on ne se met vraiment à craindre la mort qu'après avoir donné la vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Enfantillages
commenter cet article

commentaires

Le Borgne 29/03/2008 11:07

C'est toujours avec beaucoup de curiosité que je parcours la blogosphère. Au détour du hasard je suis arrivé ici. De très beaux écrits par ici à vrai dire. Au plaisir de revenir. Amicalement.

Clarinesse 29/03/2008 21:30


You're welcome.


brigitte giraud 29/03/2008 01:12

Oh, je découvre votre réponse, c'est sympa !
Le livre est bien, je crois, mais je suis forcément mauvais juge... (En fait non ! peut-être pas si mauvais, non mais !) J'aime bien votre blog que je visite depuis peu. Peut-être à cause de vos emportements éduc nat, que je partage, faut bien le dire !

Clarinesse 29/03/2008 21:35



Que ces coulées de lave encrée vous plaisent me touche beaucoup. Merci.
Quant au recueil de nouvelles, nulle raison en effet de douter de la valeur de son juge.



brigitte giraud 27/03/2008 22:26

C'est peut-être un peu petit encore, je suis d'accord. Mieux vaut les emmener dans un musée, dans un théâtre. Il existe tant de belles choses à côté de nous, à côté d'eux.

Clarinesse 28/03/2008 07:28



Mais oui ! Et entre aussi en ligne de compte le quotient écologique : affréter deux cars pour qu'ils ne se souviennent que de la couleur de la Tour Eiffel et des frites mangées à midi, c'est un
peu léger.
PS : J'ai beaucoup aimé votre lecture d'un extrait de nouvelle sur le site du Marché de la poésie.



madamedekeravel 27/03/2008 19:28

Le métier de mère c'est quand même de s'habituer à ce que ses enfants partent un jour ... je dirai même plus : de faire en sorte qu'ils puissent partir. Mon dieu oui, c'est bien triste ...

Clarinesse 27/03/2008 22:08


Les laisser partir. Oui bien sûr, c'est pour cela qu'on les élève, mais il y a un temps pour tout, et celui-ci ne me semble pas encore arrivé. Pourtant, je ne crois pas être de ces mères qui
retiennent pour elles leurs enfants trop longtemps, tout simplement car je n'ai pas construit ma vie autour de l'idée de maternité. Cela fait partie intégrante des expériences fondamentales
qu'il est donné de vivre en ce bas monde, mais élever des enfants ne figurait pas parmi les points cardinaux qui ont orienté mes rêves de jeunesse. Ecrire et aimer, oui.
Au contraire, je suis souvent bien aise de ne pas l'avoir dans les pattes tout le temps, pour respirer aussi au rythme de mes propres inspirations, au lieu de suivre le moindre de ses souffles. Les
multiples tâches du métier de mère, je les accomplis par amour, mais non par vocation. Je serai ravie de le voir prendre son envol. Pas plus vide à son départ que je ne l'étais avant son
arrivée. Mais découvrir Paris à trois ans, au milieu de petits bonshommes grouillants et accrochés par grappes à quelques mains adultes, je me demande si le rapport intérêt intellectuel /coût
émotionnel en vaut vraiment la peine.
Et puis, on ne se met vraiment à craindre la mort qu'après avoir donné la vie.


Dominique Boudou 27/03/2008 17:28

Allons ! Tous les cars ne se renversent pas sur les autoroutes. Mais je comprends l'angoisse de la mère. Evidemment. Il y a tant de sujets d'angoisse, pour une mère, et pour un père aussi d'ailleurs. Vivre avec l'angoisse, c'est éreintant.

Clarinesse 28/03/2008 07:19


Merci pour ces paroles sagesse. Heureusement, l'angoisse ne s'invite pas chaque jour en mon for intérieur. Il arrive parfois même que je la rencontre pas pendant un certain temps.


Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.