Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 21:35

La Dentellière, Vermeer

S’effacer. Disparaître proprement.
Bien arrêter le fil, avec un joli nœud et un bref retour sur ses pas, quelques points de couture.
Ne pas laisser s’effilocher les traces de ses passages dans le lâche délitement du point de fuite.
S’effacer. Céder la place. Prière de laisser les lieux dans l’état où ils furent offerts.
Ne garder que sa vie bien rangée. Battre à se rompre, mais en retraite. 
S’effacer devant tout ce qui brille et qui vibre et scintille.
Repartir dans la nuit. Tourner le dos aux lumières entrevues, aux mirages de sa propre existence.
Refaire sa valise, lever le camp, et retrouver la solitude de ses errances.
Dénouer un à un chaque lien, chaque fibre emmêlée dans l’inextricable écheveau de ses nerfs en pelote.
Et laisser infuser les cordes à nœuds de ses mouchoirs.

Se dépêtrer plus mal que bien avec le fil entortillé, incontrôlé des rêveries, et sur la rive,
avec la paix de Pénélope, tisser des tas de pistes à risques, des tas de textes qui s’effritent.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Echappées poétiques
commenter cet article

commentaires

Slevtar 25/05/2009 15:03

Ulysse, c'est vrai, faisait davantage dans la déchirure que dans la dentelle. C'est pourtant Elle qui eut le dernier noeud.Un sacré matelot que la Pénélope.

Clarinesse 25/05/2009 17:33


"C'est pourtant elle qui eut le dernier noeud" et le reste : excellent !
J'adore votre sens de la formule.
Dites donc, vous n'auriez pas quelques petits textes qui traînent, par ci par là, et que vous pourriez poser sur l'étal d'un blog, afin que les passants puissent s'y délasser la fibre littéraire ?


Arthémisia 20/05/2009 23:03

Tu as raison : la petite jupe à fleurs peut tout faire basculer...et les mots du printemps faire fondre le plus solide iceberg!!!!!

Arth"misia 20/05/2009 22:27

Tu crois à l'influence des saisons sur le comportement sexuel?

Clarinesse 20/05/2009 22:41


Les chercheurs ayant répertorié à peu près 23 498 influences possibles sur la libido humaine, il n'est point impossible que l'ensoleillement en soit une parmi d'autres. Il semblerait parfois qu'une
petite robe fasse son petit effet.
Néanmoins, depuis la découverte du feu et l'invention du chauffage central, il est statistiquement établi que l'espèce humaine est la seule des contrées tempérées à pouvoir se reproduire en toutes
saisons. 
Cela dit, en ce qui me concerne, l'influence number one, (mais on l'saura) ce sont les mots.
Mais même pour eux, il y a des saisons.
Cf le thème de la reverdie dans la poésie médiévale.


Arthémisia 20/05/2009 22:18

Badinons, badinons!

Clarinesse 20/05/2009 22:23


Ben oui, c'est l'printemps, quand même.


Arthémisia 20/05/2009 22:04

Je parlais de strangulation psychologique et pas de bondage....

Clarinesse 20/05/2009 22:17


Vi, vi, j'avions compris, et ton idée d'étouffement psychologique allait tout à fait dans l'esprit du texte, mais je suis d'humeur badine, aujourd'hui. Du coup, à des coms en phase avec le texte,
je réponds à côté. Autant pour moi. (smiley penaud)


Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.