Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 01:06
"Le mouvement [...] est déséquilibre, et dissymétrie, et éveil à chaque instant de la force centrifuge. Rien ne compte peut-être chez un romancier que de savoir serrer à chaque instant le courant de vie qui le porte, le vif du courant, lequel, dès que le lit sinue, vient comme chacun sait heurter alternativement l'une, puis l'autre rive, toujours déporté, toujours décentré, et sans se soucier jamais de tenir décorativement le juste milieu.
Bien souvent la critique, peu préoccupée de la traction impérieuse vers l'avant qui meut la main à plume, peu soucieuse du courant de la lecture, tient sous son regard le livre comme un champ déployé, et y cherche des symétries, des harmonies d'arpenteur, alors que tous les secrets opératoires y relèvent exclusivement de la mécanique des fluides."

                         Julien Gracq, En lisant, en écrivant, p 42.

"La traction impérieuse vers l'avant qui meut la main à plume" :
ce diable d'orfèvre finirait presque par me donner envie de m'atteler à un roman, moi qui me vouai depuis toujours au texte court et parcimonieusement narratif.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Citations fascinées
commenter cet article

commentaires

Georges F. 23/04/2008 19:38

Je découvre votre blog en arrivant de chez Loïs et se son atramantophile. Et je tombe sur Gracq ! Il y a comme ça des jours où tout semble conspirer pour nous rendre heureux.

Clarinesse 23/04/2008 22:41


N'est-ce pas ? Je trouve aussi que ces rayonnements blogosphériques réchauffent lumineusement l'écume des jours, et si ces citations de Gracq vous ont réjoui dix fois moins que tous ces
commentaires bienveillants, votre soirée sera radieuse. 


richard 22/04/2008 23:07

ouf ou fou....????

Clarinesse 22/04/2008 23:10



Oh, hé, dites donc, ch'uis pas dyslexique ! 'ttention, la parano de service va pondre un prochain article de défense et illustration de la folie d'ouf.



richard 22/04/2008 16:43

aucun rapport, car on peut boire ce que l'on veut...:o))

Clarinesse 22/04/2008 17:50


Ouf !


richard 20/04/2008 01:22

mais il ne s'agit pas de prouver que l'on est honnête....il s'agit juste d'accepter de l'être, et ce face aux regards des autres...
c'est là sans doute la plus grande difficulté de l'écriture...:o)
(enfin pour moi...)

Clarinesse 20/04/2008 22:26


D'accord avec l'honnêteté. Mais quel est le rapport avec le whisky ?


richard 19/04/2008 17:50

Si Duras n'a jamais pu écrire que dans l'ivresse, c'est pour dépasser cette non acceptation d'elle même, de ses maux et de ses mots.
le prix de l'honnêteté peut être lourd, très lourd...

Clarinesse 19/04/2008 23:18


Certes oui, l'honnêteté, ça peut être lourd à porter, mais est-on pour autant obligé de se shooter pour prouver qu'on est honnête ?
Cela mérite discussion. Passons au salon, si vous voulez bien me suivre, après ces préambules dans le vestibule.
Traduction : sortons ce débat du sous-sol des commentaires pour lui offrir un vrai article.
Mais le petit argumentaire attendra demain pour se poser :
Morphée réclame ses droits et Orphée devra patienter.


Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.