Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 23:51
J'ai horreur des films de guerre. 
Sauf quand ils font prendre la guerre en horreur.

Johnny s'en va-t-en guerre (Johnny got his gun) 
de Dalton Trumbo, tourné en 1971 contre la guerre du Viet-Nam.

 
Plaidoyer insoutenable de sobriété, aux antipodes du spectaculaire, contre les hiérarchies médicales et militaires, contre l'absurdité de la souffrance imposée en vain. Contre l'ultime impuissance de l'homme qui n'a même plus la force de mourir.

Le ligne rouge (The thin red line) de Terence Malick 
Pour la grâce indicible de son premier quart d'heure. Pour la pleine présence de l'homme au monde.

Atonement 
de Jullian Jarrold, d'après le roman de Ian McEwan, avec James McAvoy.

Tout récemment, pour le visage bouleversé, méconnaissable de vibrante vulnérabilité, pour les larmes au-delà du pathos de qui voit malgré lui l'innommable. Pour ces yeux immenses qui contiennent le monde.



Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Panthéon filmique
commenter cet article

commentaires

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.