Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 23:10
 

Cahiers de vacances (suite) : sauvage croisade anti-gaspis


Qu’elle était verte, ma vallée.

Et au milieu coule une rivière, en plus.
 
Donc, au val retranché, paradis estival
où nul dormeur n’a deux trous rouges au côté droit ;
à ce trou de verdure où chante une rivière,
nulle route carrossable ne mène.
Trente ans plus tard, les hippies qui l’acquirent, façon « chèvres dans le Larzac », se sont coupé barbe et cheveux, mais n’en ont pas nourri pour autant plus d’affinités avec le macadam.
C’est donc à dos d’homme que la seule énergie qui rappelle la civilisation y arrive, sous forme de bouteilles de gaz.
Et pourtant, cela n’empêche pas nombre d’entre eux de rester bien prodigues de la lourde denrée.
De facto membre de la tribu, je ne peux que bouillir à la vue de ces casseroles qui font de même sans couvre-chef, dispensant leur vapeur à la pièce qui n’en a guère besoin, au lieu de la tenir bien confinée pour chauffer plus vite.
Me gardant toujours autant que possible de donner conseil à qui ne m’a pas attendue pour mener son existence à plus ou moins bon port, et remarquant que nul adage ne fait grand usage s’il n’est porté par un beau ramage, je me dis in petto que c’était là l’occasion de sortir de son fourreau mon plumage (ou ma plume ?) rouillé(e), afin qu’elle serve enfin à quelque chose.
Je fis donc glisser hors des rainures de sa tablette métallique le plus beau marqueur que je pus trouver pour occuper les quatre coins du tableau blanc de la cuisine commune sans l’envahir. (Remarquez comme la forme et le fond s’accordent sur le principe d’économie.)

Et voici la petite série de slogans impérieux et néanmoins de bon sens qu’au petit matin, les divers habitants du lieu découvrirent, griffonnés par un mystérieux fanatique écolo-intégriste.

 Sur le gaz aussi, chaque pot a son couvercle : plus vite, moins cher, plus écolo.

Chauffez couvert !  

Plus chaud, plus vite pour vos marmites,
moins chaud, plus net pour la planète.

« Jamais sans mon couvercle ! » dit l’eau qui bout.

Pas de plat qui mijote et pas d’eau qui bouillotte sans couvercle.

Une casserole sans son couvercle, c’est comme un myope sans ses lunettes :
ça va moins vite.


Si tous les gaz du monde se donnaient le mot, ça chaufferait un peu moins pour nos descendants. Non ?


Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Ecolonomie
commenter cet article

commentaires

Slevtar 28/09/2009 18:10


J'aime l'économie de gaze
qu'elle porte les soirs d'été
quand nos faims n'ont le temps
qu'un peu de pain et d'eau fraîche.


Clarinesse 28/09/2009 20:00


Ravissant et frais comme le voile léger d'une gaze, ce petit quatrain.
Si on le laissait faire, il produirait presque le même petit frisson sur la peau.

Pour un texte griffonné au-dessus d'une gazinière, quel bel écho!
Merci.


mistertea 24/09/2009 20:07


MDR !!!
Nan franchement, rien que pour le titre, déjà, ça valait le coup de se balader par ici. Il va bien m'occuper en bouche quelques jours celui-là :)
Sinon quand ça bout je suis d'accord. Oui la phrase s'arrête là.


Clarinesse 24/09/2009 20:47


Il y a pire comme arrêt pour une phrase que sur un accord. Surtout majeur.
Et puis, il eût été étonnant qu'un mystère Tea ne soit pas en phase au sujet de bouilloires.


madame de K 24/09/2009 15:42


et que dire de la cocotte minute ? un couvercle puissance 2 !
saint Seb (astien ?) merci pour tout !
;-)


Clarinesse 24/09/2009 20:39


Absolument ! Celle de Seb est d'ailleurs la seule cocotte que je tolère dans mon foyer.
Et je suis très copine avec elle. Tous les jours ou presque, je la fais chanter. :)


Brigitte giraud 24/09/2009 10:02


Ah Clari ! Tout cela n'est en fait pas bien grave ! Ce qui ne convient pas, en revanche, est peut-être cette exiguité communautaire, avec des gens que l'on n'a pas chosis et qui sont là quand même,
et on fait comme si.... Mais ça énerve au-dedans malgré tout.


Clarinesse 24/09/2009 20:35


Bah non, c'est pô grave ! Quand je disais bouillir, c'était pour faire couleur locale avec les fourneaux. Et puis, si j'ai bien compris les réactions, ça a plutôt fait rire, alors que des
réflexions directes auraient vexé.
Quant à l'aspect communautaire de l'histoire, certes, c'est le hic. Mais à moins d'être Rothschild, on ne peut pas tout avoir : un endroit de pure nature parfaitement intacte et isolée, un vallon
paradisiaque avec une rivière rien que pour nous, et un "nous" qui serait réduit au seul noyau qu'on aime. Le "nous", en l'occurrence, est effectivement un peu plus large, parfois, que les
affinités ne le voudraient. Alors on essaie de jongler avec les calendriers des présences pour se préserver quelques jours de solitude. Ouf! Sinon, on reste diplomatiquement sur le mode sourire et
réserve.


Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.