Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 22:06
La propriété ne donne pas tant de droits que de devoirs.
On n'est jamais que le dépositaire de ce que l'on possède, le responsable de ce que l'on construit.


Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Aphorismes informels
commenter cet article

commentaires

Sylvaine 25/10/2008 12:48

En plus et je sais pas comment ils zarrivent tout frais dans mon mail....et ça me fait penser à Coluche....pour le Ping-Pong----pas Nixon (t'étais pas née)
«Le tennis et le ping-pong, c’est pareil. Sauf qu'au tennis, les joueurs sont debout sur la table.»
[ Coluche ] - Extrait du sketch Les vacances
C'est vrai tes réponses...un délice...une incitation...

joruri 25/10/2008 05:21

Vous avez devant vous un des détracteurs les plus sauvages, les plus virulents, les plus acharnés de la vision cyclique de l'univers.
Je pense que ce concept est le plus néfaste du monde.
Les cycles Hindous ou Grecs me rendent malades...
C'est une longue histoire, une très longue histoire qui met en jeu le sort éternel des individus, selon l'attitude qu'ils choisiront d'adopter quant à ce concept. Excusez du peu...

Clarinesse 25/10/2008 10:18



Comme j'le disais plus haut, ayant pitié des innocents lecteurs de ces parages, je te réponds dans le texte "Prométthée etc..." Pas taper, pas s'fâcher :)
C'est chouette quand les commentaires agissent comme un starter pour les billets suivants.



joruri 24/10/2008 17:30

A partir du moment où nous ne sommes pas l'auteur de notre propre être, on ne voit pas trop de quoi on pourrait bien être le "créateur"...

Clarinesse 24/10/2008 22:37


Certes oui. C'est étrange comme physique et métaphysique, sinon religion, se rejoignent sur ce point : "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme." Un cycle fermé, finalement : nous ne
sommes guère que des enzymes, à transformer ce qui nous tombe sous la dent en poèmes, en tableaux, en musiques, chacun selon son petit code ADN, à fabriquer ce qu'il sait faire, consciencieusement,
de ses petites mandibules appliquées.


Sylvaine 24/10/2008 12:41

Pourquoi "suite" ? certaines empreintes sont indéfectibles,
d'autres plus fluctuantes...ça me fait penser au châtiment des Yacuza....couper l'index.
http://www.dailymotion.com/video/x4nkza_yakuza-la-mafia-japonaise_politics

Clarinesse 24/10/2008 22:30


"suite" tout bêtement parce qu'il y a quelque chose comme un mois et demi, j'avions déjà causé sur la propriété et la propreté dans un petit machin qui s'appelait "A proprement parler."
Euh, et quant à la charmante et si pittoresque coutume de l'ablation de l'index chez les yakuza, j'avoue que s'annexer quelques centimètres cube de chair, c'est sympa, comme conception de la
propriété.


Kris 24/10/2008 11:01

La propriété est tellement aléatoire de nos jours. Que va-t-il nous rester de nos titres quand sera venu le trépas ?

Clarinesse 24/10/2008 22:20


Oh que oui, vanitas vanitatum etc... Et si seulement l'infernal marché des spéculations pouvait s'abîmer dans le plus définitif des néants, c'est ça qui s'rait gai.


Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.