Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 00:03

Ca y est, Apolline Mascarin avait enfin trouvé la solution !

Puisque l’épicentre de sa douteuse gangrène métastasée résidait dans ce qui lui servait de cervelle, elle se dit bravement :

« Bon sang mais c’est bien sûr. Que n’y avais-je pensé plus tôt ? N’est-ce pas en temps de guerre que la chirurgie fit le plus de progrès ? Rien ne vaut une bonne boucherie napoléonienne, une belle bataille fratricide, une brave et franche Sécession définitive pour doper l’inventivité des médecins. Une ‘tite amputation par-ci, une ‘tite greffe par-là. »

Alors, enfin décidée, elle alla voir son médecin le lendemain et lui déclara :

« Docteur, j’ai un problème. L’autre jour, au restaurant, il me fallut bien dix minutes pour me décider entre une glace à la violette (renversante) et une tarte tatin (renversée). Ca ne peut plus durer.

Ne me cachez pas la vérité, Docteur, je veux savoir. Est-ce grave ?

- Si tel est votre souhait, je ne peux vous mentir davantage. Oui, c’est grave. Vous êtes atteinte d’un syndrome rare, particulièrement à ce degré-là. Il s’agit d’une variante de l’encéphalopathie spongiforme bovine : elle consiste à ruminer en permanence les mêmes nutriments neuronaux sans parvenir à les digérer définitivement. En somme, vous avez le cerveau qui se transforme peu à peu en estomac, mais un estomac de type bovin : avec panse, poche de régurgitation et tout le bazar.

- Fort bien, Docteur, veuillez procéder à l’amputation.

C’est bien cela que vous me conseillez, n’est-ce pas ? Il n’y a plus d’autre thérapie possible, d’espoir quelconque de guérison de l’organe affecté ?

- Hmm, je crains hélas que non.

- Bon, mais.. quels sont les effets secondaires, une fois la cicatrice recousue ?

- Rassurez-vous, ils sont presque négligeables. Outre une appréciable impression d’apesanteur qui résulte fort logiquement de la disparition de l’organe infecté, il est fréquent de ressentir une très légère illusion de courant d’air, eu égard à la cavité crânienne désormais déserte, mais hantée encore parfois par la présence de quelques fantômes, comme c'est le lot de bien des amputés.

Mais on s’y habitue. Il vous suffira de porter un bonnet bien chaud les premiers temps, et vous n’y penserez même plus. Humpff, si j’ose dire, ajouta-t-il en pouffant derrière ses grosses lunettes mal dessinées. En plus, vous avez de la chance, il en existe de très jolis, dans la mode de cet hiver. »

 

Apolline se présenta donc à la clinique le jour J, bien décidée à subir l’opération qui allait enfin sonner l’heure de sa délivrance.

Elle suivit bien sagement les recommandations du corps médical virevoltant autour d’elle en blouses blanches, ayant toujours été un modèle de docilité en toute occasion, exceptées celles où la conscience de sa dignité le lui interdisait.

Inutile de procéder à une anesthésie générale, puisque précisément, on allait supprimer le siège même de la douleur, la source même de ses tourments.

Et puis, Apolline Mascarin détestait qu’on lui cache des choses. Elle voulait assister au spectacle en pleine possession de ce qui lui restait de moyens. De plus, le médecin ne lui avait-il pas assuré qu’elle conserverait le plein usage de la vue ? On ne pouvait tout de même pas la priver de la totalité de ses facultés… Il fallait encore qu’elle puisse débarrasser le plancher du bloc après les opérations, et pouvoir faire ses courses elle-même.

 

Bref, quand Apolline put apercevoir la cause de tous ses maux enfin dissociée d’elle, son cerveau stomachi-forme reposant dans un bocal non loin de son chevet, elle ne put retenir un sursaut de frayeur :
« L’être était dans la boîte et regardait (Mas)ca(r)in. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Errements narratifs
commenter cet article

commentaires

madame de K 23/09/2008 11:47

d'où l'expression "imbécile heureux"

(comment ça c'est tout ? oui c'est tout ! ;-)

Clarinesse 26/09/2008 18:01


C'est tout mais c'est pas n'importe quoi.


Sylvaine 21/09/2008 12:44

Sur mon calendrier...c'est le premier jour de l'automne...
Mais devant certaines indécisions je partage un grand écart...
http://www.youtube.com/watch?v=Moo2AmLLwKc

Dans le final ça dérape...j'adore :-)

Clarinesse 26/09/2008 18:01



Y a pas plus rock'n'roll que le baroque, j'l'ai toujours pensé. Merci.



Sylvaine Vaucher 20/09/2008 11:22

@Ayrond...je t'aime moi non plus...("Gainsborough":-) et elle)
@Clari..."La Belle au Bois Dormant"
http://www.dailymotion.com/video/x32nmz_la-belle-au-bois-dormant-jen-ai-rev_shortfilms

Clarinesse 21/09/2008 09:15



Euh... Vous croyez ? Est-ce bien raisonnable ? ...
Comment ça, ce n'est pas la question ?



Ayron 20/09/2008 09:56

Pour Sylvaine : Merci de cette variation, Aymon-nous les uns les autres, Héron, Et rond, petit patapon, Hic.

Pour Luc : toutes mes excuses, ma précipitation à lire m'a fait sauter le fait que chaque bout de fil a deux extrémités...Du coup, j'imaginais Ariane s'emmêlant pendant que l'autre arrive (pas le Johnny).

Au fait, Clarinesse l'a-t-elle fait exprès de parler d'Ariane, alors que c'était le jour de sa fête ? (18 septembre, merci la presse gratuite). Les poupées continuent de s'encastrer et ça devient compliqué pour mes petits neurones...

Clarinesse 21/09/2008 09:09


Ah bon, c'était la Sainte Ariane, le 18 ? Pure coïncidence ! Le hasard a parfois de ces talents...
Mais Apolline et Clarinesse sont des nulles du calendrier. Aucun sens de l'orientation, ni dans l'espace, ni dans le temps.


l u c 19/09/2008 11:48

@ Ayron: non, non je parlais d'Ariane restée à l'entrée et qui se dépatouille avec son fil en pelote et en noeuds et qu'elle n'arrive plus à défiler assez vite, quitte à perdre le bout pour son Johnny à l'intérieur... la mythologie en aurait été chamboulée avec cette c.... de blonde ayant perdu le fil!(oui elle aurait été à l'origine des blagues sur les blondes).
mais j'imagine bien qu'avec Bécassine, Apolline et Ariane dans le paragraphe on puisse confondre les héroïnes.
ps: non le gars dans le couloir ne s'appelle pas Johnny vraiment. ;°)

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.