Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 06:47

FUSION.


 

Quand la forme défaille sous l'effort des volumes,
La couleur en coulures de ses détours allume
Le dessin. Contamine contours et contrastes
Pour éclairer le trait de fusions et de fastes.
De la naissance du pigment 
Vient la nuance du tourment.
Froide ligne propose,
Teinte chaude dispose.
L'eau s'enfuit dans les nues et les ciels,
En pesanteur ascensionnelle
Echappe à l’agressif et acide incendie du citron.
Contagion
.
 

Version pouétisante de l'éternelle querelle 
entre les poussinistes "dessinistes" 
et les rubenistes coloristes.
Tenants du trait contre alliés de la couleur,
L'ordre contre le mouvement.


Exhumation ter repetita.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Echappées poétiques
commenter cet article

commentaires

Georges F. 26/05/2008 10:33

Vous avez raison : on ne surprend bien qu'en ne le voulant pas, en le cherchant pas.

Clarinesse 26/05/2008 22:31



Je le pense effectivement, quoique cette règle-là ait, comme les autres, ses exceptions.



joruri 25/05/2008 11:41

PS
DE GUSTIBUS ET COLORIBUS NON EST DISPUTANDUM

Clarinesse 26/05/2008 22:21


Ita est.


joruri 25/05/2008 07:57

Ah, la synesthésie...
-De quelle couleur votre humeur aujourd'hui ?
- bleu-nuit ciliée d'or.
- et des reflets d'or vert...
- Plutôt poudreux...

zut, j'ai encore oublié mes cachets.. :)

N'empêche Pissaro, parfois, c'est un vrai psychotrope...

Clarinesse 26/05/2008 22:19


Il n'y a pas de meilleur psychotrope que l'art, nous sommes bien d'accord.
La preuve là : http://l-oeil-du-vent.over-blog.com/article-16419186.html
et là : http://l-oeil-du-vent.over-blog.com/article-15437872.html


Georges F. 24/05/2008 16:36

C'est sympa de vouloir nous surprendre. Et c'est réussi.

Clarinesse 24/05/2008 23:32


Merci. En réalité, je ne veux ni ne cherche à surprendre. Il se trouve simplement que la trajectoire de ma pensée est à peu près aussi linéaire que le mouvement anarchique d'un papillon : incapable
d'un projet construit, même à court terme, mais saisissant la moindre occasion pour papoter sur tout et n'importe quoi.


joruri 24/05/2008 15:30

Et Pissaro ?
Je suis béotien (...) en peinture. Ou bien j'ai envie de me rouler dedans comme un cabri à cause des couleurs, et ça veut dire que j'aime, ou bien je plisse les yeux d'un air pénétré et inspiré pour que personne ne s'aperçoive que je dors...
Je dis Pissaro parce que ça gicle de partout et surtout
j'adore les odeurs de ses toiles. Son choix des modes simples majeur ou mineur naturelle me plaît. Plus que la Joconde qui sent très fort la cire et se complique en Hongrois mineur, par instant...
Picasso ? Hum, dans certaines toiles charnues, j'ai l'impression qu'il a fait tout les hommes cocus...C'est pâteux, mais parfumé de chair capiteuse, veloutée, super puissance corporelle...C'est du rock ! :)))
(Hips...)

Clarinesse 24/05/2008 23:46


J'adore ces synesthésies musclées.


Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.