Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 00:01

Quelques éclaircissements nécessaires pour dissiper les sombres nuages qui semblent flotter depuis quelque temps sur l'horizon de ces rivages.

J'ai plus d'une fois formulé en ces lieux de virulentes critiques contre les dérives de la démocratie, dans la rubrique pôle éthique et politique.

Mais les réactions qu'elles suscitent chez certains me font prendre conscience de l'ambiguïté de ces colères qui ressemblent par trop parfois à des caprices d'enfant gâté.

Tout d'abord, quel autre régime politique me permettrait l'expression de critiques aussi acerbes à son encontre sans me jeter en prison ?
Ne crachons pas dans la soupe.

Ensuite, mon goût immodéré pour le débat d'idées me pousserait à disputer avec le diable en personne. Ce n'est pas, en effet, servir l'idéal qu'on défend que de refuser le dialogue avec ses détracteurs, quelle que soit la mouvance sulfureuse à laquelle ils appartiennent. Leur répondre par l'anathème ou le silence est le plus bel argument qu'on puisse leur offrir.
J'affichais crânement il y a peu la posture fanfaronnante de "la femme sans appartenances", refusant de subordonner ses amitiés à l'inféodation de quiconque à tel ou tel parti, même si la grande majorité de mes affinités se situe du même côté de la balance politique.
Je préfère la liberté fragile de l'individu aux pesantes chaînes de l'inertie du groupe. Considérer la complexité des choses de ce bas monde avec les outils conceptuels exclusifs d'un seul parti me semble aussi absurde que de choisir sa jambe droite ou sa jambe gauche pour marcher.

 Nul en effet n'a le monopole du coeur, ni celui de l'intelligence. La bêtise comme la richesse intellectuelle, l'ouverture d'esprit comme le fanatisme se retrouvent de chaque côté.
Mais, de même qu'une secte qui a réussi devient une religion, nommant la secte vaincue hérésie, l'idéologie dominante ne se reconnaît pas dans la dénomination de fanatisme, quelles que soient parfois son intolérance et sa rigidité.
Ceci dit, on pourrait définir comme critère de fréquentabilité d'un parti l'inoffensivité de ses membres les plus crétins.


Passons ce préambule précautionneux, et (ba-)taillons dans le vif du sujet.

Mais demain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Loïs de Murphy 01/05/2008 14:27

On est demain !

Clarinesse 01/05/2008 14:48


Vi, vi, pas eu le temps de finir. ca devient un roman fleuve. Je crois qu'il va falloir me résoudre à faire plusieurs épisodes, car je n'arrive pas à clore le texte.


luc 30/04/2008 20:02

ben oui! c'est vous Clarinesse, c'est votre blog...nous on ne fait qu'attendre la suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite!!!

Clarinesse 30/04/2008 22:37


Ca vient, ça vient...


luc 30/04/2008 00:10

pensante est très bien en forme (dé)contractée
je vois le tableau
nous avons aussi, par ici, de pesantes chaînes de penseurs penchés avec toiles d'araignée comme les avait filmé Brel dans "Farwest" (je crois)...film dispensable du reste.
Et puis j'aime lorsque vous teintez vos propos d'un léger surréalisme involontaire

Clarinesse 30/04/2008 12:19


J'ai quand même le droit de remettre "pesantes", alors ? C'est moins fun mais plus logique.


Enzo 29/04/2008 20:17

La liberté de l'individu ne doit pas devenir égoïsme, l'intérêt du groupe ne doit pas devenir collectivisme.

Clarinesse 30/04/2008 12:22



Fort vrai, mais lorsqu'on soumet ce qu'on pense d'un être au groupe auquel il appartient, c'est là que commencent les oeillères. Et il est rare que la "pensée" d'un groupe arrive la cheville
de celle d'un individu.



Dominique Boudou 29/04/2008 16:51

Oui, préférons la liberté de l'individu, même fragile. Les groupes, personnellement, me gavent, comme on dit chez les jeunes.

Clarinesse 29/04/2008 18:05


Oui, oui, moi aussi, les groupes m'insupportent, comme on dit chez les "vieux". J'adore parler comme si j'avais deux siècles.


Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.