Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 21:16
Où l'on constate une fois de plus que les âmes vendues du marketing 
sont prêtes à prostituer l'écologie devenue à la mode 
pour vendre leurs machines à polluer.

Que n'entend-on pas depuis quelques années sur les vertus économiques et écologiques du lave-vaisselle qui consommerait moins d'eau que n'en utilise le lavage à la main, pour peu qu'il s'agisse d'un "classe A" et qu'on se passe du rinçage manuel ou du prélavage.
Ne serait-ce la mocheté de ces gros tas de ferraille émaillée, je me serais presque laissée convaincre.

Tout d'abord, je ne vois pas bien sur quelle estimation ils peuvent fonder une telle allégation, dans la mesure où les habitudes d'évier varient fort d'une famille à l'autre. Entre ceux qui remplissent deux grands bacs pour laver quatre assiettes, ceux qui laissent couler le robinet comme une source intarissable tout en passant l'éponge sur leur vaisselle et sur le coût de leur négligence pour leur porte-monnaie et notre porteur terrestre à tous, et ceux qui (comme votre humble servante, cela va sans dire) ne laissent filtrer qu'un filet d'eau pour rincer, tout en fermant le robinet quand ils savonnent, il y a un monde : en rémission ou en perdition. 
Ayant gardé des habitudes de randonneuse sachant qu'il faut laver ses gamelles avec l'unique litre d'eau que contient la gourde, remplie trois heures de marche auparavant, et qu'il faudra attendre le lendemain pour la remplir à nouveau, je n'ai pas besoin d'une campagne de pub pour m'imaginer à l'autre bout du tuyau une famille du Sahel recueillant religieusement les quelques gouttes échappées avec parcimonie d'un maigre puits en plein désert.

Mais surtout, quelle ne fut pas mon indignation en découvrant dans le dernier numéro de Que Choisir que si les phosphates avaient disparu des lessives il y a presque dix ans maintenant, ils continuaient à constituer 
plus de 50% de la composition de presque tous les produits de marque pour lave-vaisselle, y compris, et c'est là que l'ignominie est la pire, celui de la marque Eco-Logis qui se vend dans des boutiques bio et se présente comme un produit écolo. 
Seules les marques des distributeurs Leclerc (Rainett), Cora (L'arbre vert), Carrefour et Casino, ainsi qu'Ecover et Etamine du Lys n'en contiennent pas.

Si l'on ajoute à cette pollution l'impact écologique en amont et en aval (matières premières, coût du transport aller-retour, démontage), il ne reste plus grand chose pour sauver ces machines : n'en achetez pas !
Sans oublier qu'il faut se baisser pour remplir et vider un lave-vaisselle (oh le mal de dos en perspective!), alors qu'un brave évier a, lui, l'obligeance de se placer à bonne hauteur ergonomique.
Sans oublier non plus les réminiscences enfantines des joies universelles à barboter les mains dans l'eau. Une étude médicale très sérieuse a établi une nette relation statistique entre le taux d'équipement en lave-vaisselle et le taux de dépression : laisser tremper ses mains dans l'eau tiède aurait des vertus anti-dépressives notoires. 

Mais si le mal est fait et que vous hébergez déjà sous votre toit ce suppôt des marchands et si vous ne voulez pas passer vos étés au bord de rivières envahies de mousses verdâtres où vous pourrez barboter entourés de poissons morts, boycottez toutes les pastilles empoisonnées et rabattez-vous sur celles-là. 

Merci pour elle.
C'était la tribune écolo du jour.

Vérifications via le lien ci-dessus gracieusement offert 
par Madame de "Qui révèle."
 
(Quand on n'a qu'un bon mot à se mettre sous la dent, on le ressort.)
http://www.cipel.org/sp/article63.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Ecolonomie
commenter cet article

commentaires

SERAFINSKI 21/12/2008 13:20

Ah! Que je suis contente de trouver des gens qui ne voient aucun intérêt au lave vaisselle. Les études se fondent sur des chiffres peut-être moyens, mais qui ne sont pas du tout les miens, et sur des habitudes optimales (programme économique, machine de dernière génération, 3 lavages par semaine). Et elles ne tiennent pas compte du fait que les utilisateurs lavent souvent à la main certaines casseroles ou poêles ; elles ne prennent pas en compte le coût d'achat de la machine ( ni de son coût écologique bien sûr), ni le coût des ustensiles ou de la vaisselle qu'on achète en plus, ce qui est nécessaire si on ne fait la vaisselle que 3 fois par semaine. La dernière fois que j'ai vu tourner l'engin chez une amie, il a mis plus de 2 heures pour laver la vaisselle de 6 personnes ; au bout de ce temps j'ai sorti de là un couteau toujours enduit de hachis parmentier.
Du hachis bien propre, lavé à 85°.

Clarinesse 23/12/2008 23:05


Et que je suis contente de lire votre commentaire aussi. Je partage très exactement vos réticences : rien de plus désagréable que de sortir des couverts enduits de restes nourriture lyophilisés et
compactés qu'il faut laisser tremper 24 heures pour les décoller. J'adore "le hachis bien propre, lavé à 85°C". Du Coluche à ses plus grands heures !
 Quant à vos arguments concernant l'attente du remplissage et l'achat supplémentaire de vaisselle, fort justes aussi ! 


Jonavin 30/03/2008 19:04

Pour me rincer l'oeil, j'évite toujours les éviers...
Laver un affront c'est préférer la baignoire...
(bon, là je me fait éjecter direct!)...

Clarinesse 30/03/2008 19:28



Mais non, mais non, quand on exhibe ses jouets dans le blog à sable, c'est bien le moins de laisser les autres jouer avec. Ceci dit, si vous me piquez tous les jeux de mots du sujet, que me
restera-t-il sinon l'oeil pour pleurer sous le vent du désert ?



martin cadeau 19/03/2008 22:01

"laisser tremper ses mains dans l'eau tiède aurait des vertus anti-dépressives notoires."

Je confirme absolument ! Je n'avais jamais identifié la raison pour laquelle j'ai toujours aimé faire la vaisselle "à la main", grâce à vous c'est fait !
Vous avez raison, balançons ces objets encombrants - ne les appelle-ton pas ainsi lorsqu'on s'en sépare ? - qui nous rendent moins de services qu'ils nous créent de problèmes !
Je me demande si, dorénavant, je n'y mettrai pas les pieds aussi, dans l'évier.
Bonne soirée :)
Martin

Clarinesse 19/03/2008 23:01

N'est-ce pas ? Le bonheur est dans l'évier !

Dominique Boudou 19/03/2008 15:22

Chez nous, le lave-vaisselle, c'est moi. Pas encore besoin de réparation.

Clarinesse 19/03/2008 21:17

Et en plus, l'avantage de ce genre de lave-vaisselle, c'est qu'il est multifonction.

luc 18/03/2008 18:46

...et puis au linge qui pend juste avant, le craquant des draps, l'odeur et le mouvement au vent; photo de Man Ray "sculpture vivante".
y a du travail!

Clarinesse 18/03/2008 21:15

Ca me rappelle un poème de Cocteau : "Elle passe derrière le linge et son ombre va devant", ou quelque chose comme ça. Il faut que je retrouve le texte exact... dans mes cahiers de collège.

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.