Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 22:33

Cette vesprée, par d'étranges coïncidences,
Le XVIe siècle et ses rugueuses fulgurances 
A flamboyé dans l'âtre de mélancolie.
Lumières des esprits vaincues par l'ineptie.
Ténèbres éclairées par le feu et le fer,
Insoutenable gaspillage sanguinaire.
Qu'attend-on pour ôter son pouvoir à la peine ?
Quel plus grand pourvoyeur du gâchis que la haine ?
Tant de raffinements. Saint Barthélémy. 
24 août 1572. Sang battre l'ennemi.
La bête immonde et fanatique sans fin accouche
"De la guerre : un goût de terre dans la bouche".

Le regard net et la voix claire,
Diction d'implacable douceur :
Didier Sandre et Jean Rochefort.
En écho, Claude Rich au Souper,
Intelligence délectable de Talleyrand.


Saint Germain ou la négociation, film de Gérard Corbiau 
avec Jean Rochefort et Didier Sandre, recréant sur fond de viole de gambe et de cordes à rugueuse harmonie la folie meurtrière des guerres de religion et la brutale finesse de l'art diplomatique.




Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Panthéon filmique
commenter cet article

commentaires

Jonavin 12/03/2008 21:57

je lis ton blog depuis vingt minutes. A chaque billet, je me dis oui, je vais répondre ça et ça et puis je m'aperçois que les commentaires précédents l'ont déjà fait. J'ai un rapport étrange avec la philosophie...autant j'aime accoucher les mots, autant j'ai un mal fou à parfois les expliquer...Mon faible niveau d'études sans doute...En tout cas, merci à toi aussi pour la découverte de Christian Bobin...
Et pour répondre à ton dernier billet, le reportage sur Mosento était plus que terrifiant...

Clarinesse 12/03/2008 22:52

Nul problème. Ton passage en lui-même me fait l'effet du survol de mes champs par l'Oeil de Zeus. (désolée pour la pathétique flagornerie, mais franchement, je crois que personne parmi les lecteurs de tes mots ne pourra m'en vouloir). Imagine la scène : le brave paysan besogneux tout bredouillant devant la visite du Roy en personne. Quant à ce que tu dis de la philosophie, probablement dois-tu considérer comme une bénédiction de n'être pas entravé dans tes variations par une trop grande clarté conceptuelle. Le rationnel est l'ennemi du poète. Et le choc coloré né de tes oxymores ne verrait pas le jour dans le carcan du logos. 

catel 12/03/2008 10:56

Au regard de l'immense souffrance, une flamme invertébrée et lancinante qui ne sait s'en aller : l'espérance...

Clarinesse 12/03/2008 15:10

Oui, tant qu'y a d'la vie, y a d'l'espoir. Je n'aime pas beaucoup fréquenter les façons de parler toutes faites, mais celle-ci est si juste.

muze15 12/03/2008 09:46

Bravo, bravo pour ce merveilleux blog. Il m'a été recommandé par L'Ecritoire. Puis-je vous référencer comme lien ami sur mon blog ? Au plaisir de partager de beaux mots, de belles émotions. Muze15

Clarinesse 12/03/2008 15:03

Mille mercis pour cet éloge qui souffle sur ma journée un grand soleil. Bien sûr, vous avez bien le droit de référencer qui bon vous semble, et j'en serais d'ailleurs flattée. Le votre est fort joli aussi, je viens d'y aller faire un tour.

Loïs de Murphy 11/03/2008 10:01

Rochefort et Sandre, très bon choix.

Clarinesse 12/03/2008 15:00

Oui, j'adore ces deux acteurs d'une rare intelligence de jeu, à la fois dans la distance et l'empathie.

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.