Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 21:20
Claustrophobie. 
Je ne supporte pas les fenêtres fermées trop longtemps.
Je ne peux pas souffrir les volets clos comme paupières cousues.
J'ai besoin de humer le vent et son humeur,
de voir à travers l'oeil le souffle de la vie.
J'ai besoin de clarté. De veiller. De surveiller, peut-être aussi.
J'abhorre les pièces aveugles, les salles borgnes.
Je me sens dans ma vie comme dans une chambre :
il m'en faut les clefs. 
Il me faut savoir que j'en peux sortir à tout moment, de mon propre chef.
La présence ici-bas ressemble trop sinon à la prison, le ciel à un plafond.
"Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis" etc... 
tout le monde connaît son petit Baudelaire illustré.

La fuite. Comme une porte ouverte à tous les vents.
Ne jamais trop s'éloigner de la poignée.
Ne jamais se plonger en plein coeur de la foule
Ne jamais s'attacher au fardeau sous la houle.

Ambivalence de la fenêtre. Être de feu. Être dehors.
Défenestrer. S'échapper.
S'enfuir ou se laisser enfouir.
Chute du corps. Apesanteur de l'âme.

Job docile, boire le calice jusqu'à la lie, ainsi le veut la loi du catholique.
Le Seigneur a donné la vie. Le Saigneur la reprend.
Serviteur jusqu'au bout, l'homme ne s'appartient pas :
le suicidé est meurtrier plus que victime.

Mais l'homme libre du stoïcien doit choisir.
Le libre départ pour prix du digne séjour.
Rester, c'est accepter. Refuser, c'est partir.
La servitude ou la mort. L'esclave ou la cigüe.
Il ne s'agit pas de se complaire dans un morne et pathétique taedium vitae d'enfant gâté et capricieux. Il s'agit seulement de savoir que l'on peut garder la tête haute et hors de l'eau quand tout s'embourbe autour de soi.
Ce n'est pas la vie et ses merveilles, 
c'est ce qu'on en (mé)fait qu'il faut éconduire.
C'est pour préserver sa dignité, 
que le refus de la voir défigurée s'impose parfois.

Curieux tout de même que plus de trente ans après avoir légalisé le libre choix d'entrée dans la vie (certes donné à celles qui le délivrent, les candidats en question n'ayant pas encore la parole), on  refuse encore d'accorder le libre choix de sortie. 
Euthanasie. Avortement. Deux symétriques.
Il est assez de chaînes sur cette terre. N'en ajoutons pas davantage.

Sur ces pensées réjouissantes, je vous souhaite bien le bonsoir.

Humeurs noires déversées sur l'écran.
Thé idoine infusant dans la tasse.
Esprit de plomb soudain de plume.    (ou presque)
Coeur allégé et soir sucré.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Humeurs - rumeurs
commenter cet article

commentaires

fardoise 10/03/2008 14:10

A me poser sans cesse cette question du rester "accepter" j'en suis arrivée à dire que l'on peut rester et refuser, donc se battre. C'est beaucoup plus difficile et ce n'est pas donné à tout le monde. Ce n'est pas donné à tout le monde non plus de choisir sa fin et de finir comme il l'a voulu toute sa vie. J'en ai trop vu qui s'en allèrent dans une trop longue agonie qui les a réduits à une si pâle copie d'eux-mêmes. Rester, oui, pour se battre dans la dignité.

Clarinesse 10/03/2008 18:34

Absolument d'accord, malgré le caractère catégorique et réducteur des sombres alternatives de ce texte. Il faut rester pour lutter et refuser. Refuser que l'on préfère à la dignité une pâle et infâme copie de la vie.

Loïs de Murphy 09/03/2008 23:00

C'est normal, c'est le propre de l'épanorthose, amis comme c'est une figure de rhétorique, du coup ça t'a un côté intentionnel qui te pose là :o))

Clarinesse 10/03/2008 18:59

Absolutely !

Loïs de Murphy 09/03/2008 10:41

Vlad a raison, essaye une épanorthose pour voir ?

Clarinesse 09/03/2008 14:39

J'vas suivre le conseil du Transsylvanien et le tien. Et une épanorthose, une ! PS : Euh, en guise d'épanorthose et de coupes franches, je n'ai guère réussi qu'à développer encore ce que je voulais élaguer. "J'ai pas eu le temps de faire court", comme disait Voltaire à Emilie.

Ant. 09/03/2008 09:46

Joli texte, et joli blog, Clarinesse.
Je reviendrai.
Si tu ailmes les mots qui jonglent, connais-tu L'amusoire, de mon ami Filou? (http://www.amusoire.net/)

Bonne journée !

Clarinesse 09/03/2008 14:38

Ravie que ça t'agrée. J'irai faire un tour sur l'amusoire. Merci du tuyau.

madamedekeravel 09/03/2008 09:37

Ah ben si ça passe, me v'la rassurée ;-)

Clarinesse 09/03/2008 14:37

Voui, m'enfin, on fait passer en tous cas.

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.