Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 21:16
De même que la foi du charbonnier est l'exact symétrique de l'athéisme obtus le plus radical, la religion de l'homme instruit est très semblable au doute cartésien de l'agnostique. Elle a été inventée pour que la place du pouvoir absolu reste vide.
Tabou catégorique. Interdit aux hommes de se prendre pour Dieu ou pour son serviteur et confident.
Et c'est pourtant l'inverse qui souvent se produit.
La ligne de rupture ne sépare pas les croyants des athées ou des agnostiques. Elle distingue ceux qui pensent et qui doutent de ceux dont une certitude figée, confortablement installée dans leur cerveau, le pétrifie peu à peu.
Dans une chronique, Philippe Val regrettait que notre modernité glorifie un peu trop la folie, tout en cultivant le mépris de l'imbécile, dont les critères de désignation laissent d'ailleurs grandement à désirer. L'imbécile, en effet, reste relativement inoffensif. Le fou s'approprie l'univers et ne connaît plus les frontières entre ses désirs et le réel.
Le totalitarisme triomphe quand toute limite au pouvoir humain est abolie. 
L'absolutisme se déploie quand pouvoir temporel et pouvoir spirituel se confondent et que nulle instance n'est plus reconnue au-dessus d'eux. C'est alors que le fanatisme se déchaîne. Celui de l'Inquisition de la très catholique Espagne, celui des procès staliniens, celui de tous les intégrismes, que le dieu qu'ils invoquent trône sur un nuage ou soit botté de cuir et armé de plomb. 
Il est de toutes façons très clair que la persécution des religions par les totalitarismes athées ne vise pas à éradiquer l'idée d'un dieu, mais à se l'approprier pour la remplacer par une religion dont le dogme terrestre n'a rien à envier aux religions révélées. 
René Girard, faisant référence à Clausewitz, nomme "désir mimétique" ce ressort universel et immémorial de tout conflit : "Je veux ce que l'autre possède ou désire". Les guerres, celles du bac à sable comme celles des cités, ne visent jamais qu'à se disputer un commun objet de convoitise :
un territoire, une ressource (or, pétrole, eau, etc...), ou un titre symbolique. 

Doit-on pour autant en conclure que tous les belligérants sont à renvoyer dos à dos ? Qu'il n'y a pas de guerre "juste" ? Il serait hélas trop facile de se laisser aller à ce trop confortable pacifisme. Il y a tout ce même un certain nombre de conflits issus d'une résistance légitime à la barbarie. Mais elles aussi peuvent se résoudre à ce théorème. " Tu veux ma liberté, je me bats pour la reprendre". Que l'objet de convoitise soit bien commun, ne signifie pas que les torts soient également partagés.

Si Bush, donc, (SVP, si quelqu'un en ce bas monde a un pouvoir quelconque, pourrait-il expliquer aux Américains que voter Obama ou Clinton serait un grand service à rendre à la planète ? Merci d'avance.) supporte si mal les puissances islamiques, ce n'est bien sûr pas par désir d'émanciper les peuples, mais, outre l'accès aux ressources énergétiques du Golfe, c'est en raison de son propre intégrisme dont l'obscurantisme s'accommode fort mal de la concurrence que lui opposent ses semblables, de l'autre côté de la Mer Rouge. 
Et l'on pourrait multiplier à l'infini les exemples, dont l'un des plus évidents manque tant de correction politique qu'on s'abstiendra d'en parler. Courageuse, mais pas téméraire. Des pages et des pages ne suffiraient pas à dissiper les malentendus une fois installés, car nulle argumentation, aussi limpide, aussi logique soit-elle, ne peut dissuader celui qui a décrété une idée illégitime et lèse-majesté de condamner en bloc celui qui la profère, tout simplement parce que, dans une logique de clan où l'on exclut, le procès est joué d'avance. On est alors en-deçà même de la mauvaise foi, au-delà même de la passion : on est dans l'arbitraire de droit divin, dans la damnation sans rémission. Et je ne suis pas taillée pour me battre contre le déferlement des haines qui ont, par exemple, submergé des penseurs comme Finkielkraut. Même si je ne suis pas toujours d'accord avec lui, je trouve ignoble la façon dont certains s'arrogent le droit de le bannir de leur caste de bien-pensants. Est-ce cela le débat démocratique ? Le Bien contre le Mal ? L'Ombre contre les Lumières ? Ne peut-on pas faire crédit à tous ceux qui ont fait preuve dans leur vie d'intelligence et d'humanité de manifester des divergences sur les moyens de faire progresser le monde, sans pour autant les accuser de vouloir le faire reculer ?


Rien n'est pire que lorsqu'on se croit habilité à combattre au nom de l'absolu, à agir au nom d'un dieu. Mais ne voient-ils donc pas qu'il n'y a pas pire péché d'orgueil, pour raisonner selon leur logique ? 
Le fanatisme, c'est comme le café : avec ou sans caféine, avec ou sans dieu. 
Avec : "Et oui, Dieu m'a parlé, mais pas à toi, c'est pour ça que je vais te transpercer de mon épée." 
Sans : "La vérité m'appartient, et je te ferai perdre la tête plutôt que de te laisser dans ton ignorance." 

Laissons à l'examen des choses d'ici-bas le soin de nous guider pas après pas.
Tout le reste n'est qu'au-delà, et l'absolu n'est pas de cette terre. 
Ceux qui croient pouvoir contenir la totalité du monde dans leur petit cerveau ont une bien petite idée de l'univers, alors que les plus grands chercheurs brillent par leur humilité.  
Un simple petit schéma suffit à synthétiser ces deux postures si symptomatiques : 
la taille de l'univers vue par chacun est proportionnelle à celle de son entendement. Plus les vues d'un esprit sont étroites, plus est limité ce qu'il perçoit du monde, plus celui-ci lui semble simple et sans questions.
Et réciproquement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dominique Boudou 24/02/2008 09:28

Voter Obama ou Clinton sera-t-il vraiment un service rendu à la planète ? Obama cristalise beaucoup d'espoirs, trop peut-être, et ils seront déçus. A voir. Celui qui a raison, c'est Clausewitz.

Clarinesse 24/02/2008 20:38

Hélas d'accord. On attend toujours trop des politiques qui n'ont pas tant de pouvoir que les organes économiques et multinationaux de décision. Placer trop d'espoirs dans un élu révèle une immaturité qui engendre sa propre déception. Il ne s'agit pas d'aduler un sauveur, mais d'essayer de limiter les dégâts après les calamiteuses Busheries dont les massacres à grande échelle n'ont épargné aucun domaine : intellectuel (le créationnisme ré-enseigné dans les écoles américaines, cf le doc Jesus Camp), humain et militaire (Irak et Cie), social (cf le Sicko deMichael Moore, même si la situation date déjà de Nixon), écologique (refus de ratifier Kyoto, complaisances ignobles avec le lobby pétrolier), etc...Un 3ème mandat républicain consécutif qui poursuivrait dans la même direction serait un désastre.

Lephauste 24/02/2008 06:18

Ici bas tout est son contraire, une idéologie n'est pas ce qu'elle véhicule comme préceptes elle est aux sein de la conjuration des égos le plus sûr moyen de se faire entendre des autres idéologies, de s'en faire reconnaitre en tant que semblable et donc d'affirmer le plein droit au partage des esprits. Ceux là sont à moi ! Ceux ci à toi ! Peu importe le contenu du discours, il n'est que la portion de bruit marquant les frontières du territoire. Idéologues de tous les pays, succédez vous !
Mon bon salut

Clarinesse 24/02/2008 20:24

J'allais acquiescer d'un sans réserve "absolument" avant de me souvenir que nous étions précisément en train de le mettre à distance, cet absolu. Alors je me contenterai de dire tout platement combien j'adore la force de percussion des formules de votre commentaire, bien plus aiguës que le texte ci-dessus qui manque singulièrement d'envolée.Oui, l' idéologie dominatrice,  "la conjuration des egos", n'a rien à voir avec les idées et n'assouvit que des désirs. Quand les idées se battent, elles ne sont plus que des os à ronger.

catel 23/02/2008 16:41

Modestement et en peu de place contribuer à ce pamphlet m'apparaît une nécessité car jamais les voix ne seront assez nombreuses et dominantes pour couvrir celles, hurlantes, qui attaquent souvent sans bien savoir pourquoi. Fils et fille de l'ignorance sont le fanatisme et la violence ne sachant s'exercer que dans le manichéisme et voulant au travers de la pensée unique créer l'Unité elle même miroir de perfection. Et cela c'est bien une sorte de folie qui se nourrit de nos propres faiblesses mais nous oblige à plus de vigilance!Que notre courage de lutter et de dénoncer soit à la hauteur de sa volonté de détruire car quelle que soit l'appartenance idéologique du fanatique c'est l'excès dans sa vision du monde qui peut tout emporter y compris lui même.

Clarinesse 23/02/2008 18:27

Merci d'aller en ce sens, car la question ne sera jamais close.

Loïs de Murphy 22/02/2008 22:51

C'est un si vaste sujet...

Clarinesse 23/02/2008 08:02

Certes, et ce n'est qu'une ébauche.

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.