Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 22:40
Entre dogmatisme et pragmatisme, le tribunal de l'histoire ne balance guère.
Cioran, qui s'y connaissait un brin en conséquences sanglantes du totalitarisme, osait affirmer que les chefaillons corrompus faisaient moins de dégâts sur cette Terre que les plus idéalistes des fanatiques.
(Je recherche la citation exacte et vous la livre dès que possible. Bonnes volontés bienvenues.)

Le dogmatique cherche à plier le monde à ses idées, quitte à le briser.
Le pragmatique plie ses idées au monde pour en modifier la forme peu à peu, comme un menuisier arrive à cintrer une planche en la courbant degré après degré, sans la brutaliser.

J'abhorre les sectarismes. Ils conduisent à jeter les bébés avec l'eau du bain. Ils conduisent au gâchis. Ils conduisent à la haine et à la violence. 
Ils conduisent à renoncer à penser, puisque penser, c'est balancer, 
c'est évaluer et réévaluer sans cesse une action ou une idée à l'aune de ses observations.

Ils conduisent aussi à condamner un auteur pour une opinion que l'on ne partage pas, sans souci de son talent. Ainsi Bobin a-t-il été catalogué comme "le ravi de la crèche" par Pierre Jourde, dans son pamphlet "La littérature sans estomac". L'anticléricalisme est un sectarisme parmi d'autres. Ne pas approuver toutes les positions d'une institution doit-il conduire à condamner ceux qui, de près ou de loin, ont le malheur de professer des idées proches, sans même prendre position aucunement ?

J'ai toujours eu aussi peu d'affinités avec les militants qu'avec les militaires, que l'on peut trop souvent renvoyer dos à dos.
Comme Brassens, je ne refuse pas de mourir pour une idée, mais de mort lente.

On pourra facilement objecter à ces condamnations qu'elles s'autodétruisent puisque condamner en bloc tous les sectarismes conduit à professer un sectarisme anti-sectaire. Certes, et je ne m'en défendrai que par la piètre réserve suivante : parlant d'idées et non de personnes, jamais je ne soumets mes amitiés au test de l'appartenance ou de la non-appartenance à tel ou tel clan.
La logique de caste mène inévitablement aux guerres tribales ou fratricides, et je fuis les partis quels qu'ils soient avec une aversion de concept et de tripes à la fois. 
 Je ne peux m'empêcher, en voyant des foules hurler d'une même voix un slogan politique dans la rue ou le nom d'une équipe de foot dans un stade, de songer combien la houle qui les soulève est de même nature que celle qui fit lever les bras ou les poings pour saluer les dictateurs les plus totalitaires.
Et il importe aujourd'hui de ne pas galvauder ce terme pour ne pas en perdre la force. Ce fut pourtant le cas du mot "fasciste", avec lequel ceux qui le lançaient inconsidérément à la tête de leurs opposants ont sali la mémoire des véritables victimes des véritables fascistes en identifiant sans complexe leurs petits pugilats d'enfants gâtés aux horreurs insoutenables subies par d'autres.
Comme Desproges qui ne craignait pas d'afficher son dédain pour les meutes de tous ordres, je ne supporte pas l'idée de hurler avec les loups.
On peut considérer le souci de rester inclassable comme une forme particulière de snobisme, et en ce cas je ne nie pas d'en être affligée, mais ce trait n'est qu'une suite et non une fin, une position et non une pose. 
Rester à distance pour rester libre. Ne jamais s'inféoder à un clan.
Se lier aux personnes mais ne jamais faire allégeance aux groupes.

La seule arme que je m'autorise à utiliser est celle de ma plume. Et la seule cause que je tente de défendre est l'avenir de la planète.Eduquer l'homme pour sauver la Terre. La conservation du patrimoine naturel et culturel. 

Comment cela, ce texte se mord la queue ?
Mais le ciel de la nuit est trop sombre pour cette tâche de dentellière.
Ces idées attendront l'éclaircie d'une aube nouvelle. 
Théorie à suivre.





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gribouille 12/03/2008 10:17

Il y a du Cyrano là dedans. Gare à la vanité de la lutte contre les vacuités.

Clarinesse 12/03/2008 15:17

J'y veillerai.

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.