Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 23:11
Pourquoi mettre ce titre en exergue plutôt qu'un autre ? 
Il est si difficile de choisir parmi les noms dont Bobin baptise ses livres. 
Chacun constitue un poème à lui seul.
Pourquoi donc une bibliothèque de nuages ?
Parce qu'il exprimait avec toute la légèreté possible l'idée de florilège :
quelques phrases en passant échappées de ses pages, 
fragments évanescents de nuées sans pesée, 
limpides et floues comme l'azur.
Mais il me semble qu'il est malpoli d'écrire longuement sur un auteur admiré sans lui laisser la parole. 
Il a ciselé ses mots. Il n'a pas besoin des nôtres.
Voici donc, au hasard de ses pages, quelques éclats de lumière :

Une bibliothèque de nuages.
"J'entends les morts qui se rapprochent de nous, j'entends les os des feuilles mortes craquer sous leurs pieds de lumière."
"Quand je me penche sur une phrase pour la polir, 
le monde n'est plus qu'un duvet d'oie volant dans la chambre."
"Chaque fois que j'entends quelqu'un maudire la neige ou la pluie, cela me fait de la peine, comme si on disait du mal d'un de mes proches".
"J'ai grandi à l'intérieur d'une larme."


Autoportrait au radiateur.
"Ma vie est bien plus belle lorsque je n'y suis pas."
"Un seau rempli de lumière. On le renverse d'un seul coup sur le carrelage de papier blanc."
"Un petit marteau de lumière heurtant le bronze du réel."
"Je me nourris de ce que le monde néglige. Je prends conseil auprès de ces choses sans valeur. Je prends conseil et je prends soin. J'écris."
"Théorie du brin d'herbe" : ce pourrait être un des titres de ce livre.[...]
Les brins d'herbe passent leur temps à ça : 
danser au moindre prétexte et remercier pour les grâces chaque jour reçues."
"L'écriture est la soeur tardive de la parole où un individu, voyageant de sa solitude à la solitude de l'autre, peuple l'espace entre les deux solitudes d'une Voie lactée de mots."


PS : Ce petit trésor n'est pas clos. Il sera complété au fil des jours et des relectures. Alors n'hésitez pas à revenir l'effeuiller si leur souffle soulève votre âme. Je crains déjà les questions de droit d'auteur qui se pointent, car je ne vois pas comment m'arrêter avant d'avoir recopié la totalité de ses livres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Citations fascinées
commenter cet article

commentaires

A.MV 25/07/2010 17:30



Souveraineté du vide, mon préfèré


Et Merci pour ces quelques extraits joliments choisis.


 



Acouphene 28/06/2010 21:21



Merci !



Clarinesse 06/07/2010 11:29



: )



Ut 08/10/2009 13:15


Merci grand!
J'ai commencé par hasard, au cours d'une ballade dans les livres, par Le Très Bas... et j'ai continué; et j'ai donné, distribué: personne ne connaissait!!!!
Ses yeux sur les femmes....
Ses yeux d'écriture; ses respirations du silencei .....
 


Clarinesse 08/10/2009 22:47


Vi, moi aussi, qu'est-ce que j'en ai offert, des Bobins ! A un moment, c'était 'le" cadeau.
Quand j'étais ch'tite, j'avais une grand-tante qui offrait toujours une boîte de Quality Street, quand elle venait. A chaque fois. Ben moi, c'est des bobins, le plus souvent.
Même si je varie les plaisirs quand même.

ET oui, ses yeux. Il a un regard sur le monde, ce type-là !


Ut 07/10/2009 15:08


Toutes ses phrases, tous ses mots me sont livre au chevet de mon encre.
Jamais je n'ai respiré plus beau, en termes si compréhensibles, si humains que le chelou-chevelu en bas saurait les comprendre.
Un poète de dedans; de l'infiniment tu parce que personne ne saurait le dire!
Merci pour ces quelques phrases... que je ne connaissais pas!
Je file m'acheter Une bibliothèque de nuages!


Clarinesse 08/10/2009 06:48


Quelles formules justes : "un poète de l'infiniment tu" oui, exactement !
Mais toutes les citations ne sont pas extraites d'Une bibliothèque de nuages, qui est un tout petit recueil. J'ai donné ce titre au florilège car il me semblait bien exprimer cette idée de reflets
à garder.
Mais si tu ne l'as pas encore, je te conseillerais "L'enchantement simple", en nrf Poésie Gallimard, tout simplement parce qu'il rassemble plusieurs petits opus d'abord publiés seuls, et qu'il y en
a donc plus à lire. Sans compter que ce sont parmi ses meilleurs.
Sinon, le premier que j'aie lu de lui, et dont on peut dire sans trop exagérer qu'il me sauva quasiment la vie il y dix ans de ça, c'était "Autoportrait au radiateur."


Jonavin 25/02/2008 22:39

Celui-là, tout le monde en parle. J'ai son nom dans la tête. Une bibliothèque de nuages, ça ne peut que me plaire. Après Loïs et l'oeil du vent, me voilà prévenu...c'est le prochain ou jamais.

Clarinesse 26/02/2008 00:26

Tu ne regretteras pas tes flâneries parmi son enchantement simple.

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.