Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 23:45

La danse. La danse du sens et la danse des sens.

Elle est si ténue, la mince ligne rouge qui sépare l’allégresse de la peine, la joie de la détresse.
Comment savoir de quel côté l’on se trouve, si l’on oublie de se le demander, absorbé par la folle course du temps où il faut se presser 
pour ne pas sombrer sous le flot tumultueux des urgences quotidiennes.
Comment garder le cœur clair et l’esprit distinct si l’on surnage à peine 
dans le courant bouillonnant des contraintes sans fin et des tâches qui s’amoncellent ?
C’est bien simple. Inutile de solliciter le cerveau. 
Il est bien trop occupé à gérer l’immédiat.
Non, ce sont les pieds qui recèlent la précieuse réponse à la question : 
« Suis-je heureux(se), là, en cet instant précis ? »
Sont-ils capables de danser de tâches en travaux comme le pied léger 
de la petite Fadette se posant sur les galets du ruisseau ?
Où parviennent-ils à peine à s’arracher à la glaise, 
englués dans la pesanteur infinie des corvées assommantes ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Humeurs - rumeurs
commenter cet article

commentaires

Fardoise 02/02/2008 23:11

Je ne suis pas certaine que ce soit dans le texte, on ne voit que ce que l'on a envie de voir. Et moi j'étais restée dans l'apesanteur. S'évader par la danse ou par l'esprit lorsque le corps se fait trop présent et pesant.

Clarinesse 03/02/2008 19:00

L'apesanteur et l'action de grâce. Merci pour votre regard aérien sur ce texte qui le sauve de l'enlisement où je le voyais sombrer peu à peu et qui lui redonne sa véritable résonance. Gratitude.

Le coq hardi 01/02/2008 09:43

Il est vrai que je suis heureux quand je prends mon pied!!

Clarinesse 01/02/2008 20:52

C'est fou ce qu'il y a dans un texte qu'on écrit et qu'on ne voit pas...

Loïs de Murphy 30/01/2008 23:53

J'ai réglé le problème par un massage des pieds :o)

Clarinesse 31/01/2008 00:23

Bonne idée, ma foi ! Celui du cuir chevelu n'est pas mal non plus, si l'on s'obstine quand même à avoir une réponse du cortex.

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.