Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 21:39
C'est bien fait, l'âme humaine, quand même. 
Il a finement prévu la gestion du chaos, le grand horloger, là haut.
(C'est drôle, le clavier a ripé pour écrire malgré moi le grand "horlogre".
Pas mal vu, pour décrire le vieux barbu chenu sur ses nuages.)

Bref, le défilé des terre(ur)s m'ho(rri)pile.
Mais il faut avouer que celui des maux est bien organisé.
Comme s'ils formaient une file d'attente infinie, attendant sagement leur tour pour harceler leur hôte, comme on voit dans les films de cape et d'épée le héros isolé avoir raison de tous ses adversaires qui ont l'extrême obligeance de se présenter un à un pour se faire embrocher au bout de sa lame.
Mais où veux-je en venir ? A savoir Si c'est un homme qui a inventé
le principe du défilé ? Léonidas par exemple ? Non ?

Primo Levi, donc, expert incontesté s'il en est en gestion de l'horreur, dans son traité de survie en milieu non tempéré, analyse ce phénomène étrange qui se produit lorsqu'on essaie de ne pas succomber dans un de ces camps charmants où l'on expliquait aux résidents que "Arbeit macht frei".
L'homme accablé ne pouvant gérer qu'un problème à la fois, il les contraint, s'ils s'accumulent trop, de se ranger docilement et d'attendre leur tour pour l'assommer. Ainsi le prisonnier souffre-t-il en permanence de la faim. Quand le froid arrive, cette dernière sensation masque l'autre et il ne ressent plus que l'hiver qui lui glace les os, évinçant toute autre souffrance.
Le printemps revient-il ? La faim dévorante réapparaît aussitôt. A-t-on par miracle réussi à se rassasier à peu près? C'est l'épuisement lancinant qui se rappelle au corps. 

Malin, l'instinct de survie...

Partager cet article

Repost 0
Published by Clarinesse - dans Humeurs - rumeurs
commenter cet article

commentaires

Fardoise 27/01/2008 17:31

Si la survie est un instinct et si l'homme est ramemé à un stade qui n'est plus le sien, celui de la simple satisfaction des instincts, il n'est plus un homme debout, mais un homme qui rampe pour manger les miettes tombées à terre. C'est ce qui je crois hante les rescapés, et ils ne peuvent vivre que si leur dignité n'a pas été détruite, certains y sont parvenus.

Clarinesse 28/01/2008 13:44

Malheureusement pas Primo Levi qui a fini par renoncer à essayer de (re)trouver goût à la vie.

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.