Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 22:01

Il ne viendrait à l'idée de nul garde-côte de couler un paquebot sous le prétexte qu'il fait fausse route. Il lui semble tout de même plus raisonnable d'infléchir sa direction par un pilotage avisé, malgré les lourdeurs de son inertie. 
Or le naufrage absolu reste le fantasme de tout révolutionnaire qui s'assume. "Du passé faisons table rase", je ne connais guère de mot d'ordre, de maux-désordres qui ouvrent mieux la porte à toutes les barbaries.
Croit-on une seconde pouvoir guérir la société de ses maux en la détruisant?
Croit-on améliorer ses phrases en déchirant la feuille grise mieux qu'en "remettant cent fois sur le métier son ouvrage"?
Se croient-ils donc les seuls à s'insurger viscéralement contre les "hommes pressés" qui tiennent les cordons de la bourse et exploitent sans âme le fruit du labeur d'autrui ?
Ah ! Réformer sans révolution !
Mais dans un pays qui a changé dix fois de régime en moins d'un siècle (de 1789 à 1871), que peut-on espérer?



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cahiers Brouillonnants

  • : L'oeil du vent
  • L'oeil du vent
  • : Méditations métaphoriques et pensées en tous sens : philosophiques, esthétiques, poétiques, écologiques et bricoleuses.
  • Contact

Cahiers de l'aube

1°) Window : nom anglais de la fenêtre. Etymologie : 
de l'ancien saxon Wind Auge,
l'oeil du vent.

2°) Les métaphores, c'est comme les collants. 
Ca file vite si on n'y prend pas garde.

3°) - Métaphore et crie-toi. (d'après Luc)

Recherche

Chat échaudé...

Archives

Clarinesse ?

Pour la quête 
de clarté dans la langue,
de musique dans la voix.